Cameroun – Résultats du concours d’entrée à la police: En toute transparence…

La liste des admissibilités des candidats au concours direct en vue du recrutement de 4700 personnels à la police est connue depuis plus d’une semaine.

Seuls les meilleurs ont été retenus.
En toute sérénité, la Délégation générale à la Sûreté nationale a publié, depuis le vendredi 13 novembre 2015, la liste des admissibilités des candidats au concours direct en vue du recrutement de 4700 personnels à la police. Et contrairement à une certaine hantise qu’ont voulu créer certains délateurs, nostalgiques sans doute d’un passé retors, auprès des candidats dans l’attente des résultats il y’a quelques mois, le Délégué général à la Sûreté nationale a tordu le cou à toutes les pratiques rétrogrades qui avaient fait leur lit au sein de la police. Ainsi, pour ces différents concours ouverts à la police, il n’y a eu ni un quelconque monnayage, encore moins un réseau. En d’autres termes, seul le mérite a prévalu et les résultats, qui sont acceptables, parlent d’eux-mêmes.
Pour le recrutement de 190 élèves-officiers de police en première année, 421 candidats ont été admissibles. Idem pour le recrutement des inspecteurs de police où l’on recense 1500 candidats admissibles et 3712 chez les élèves-gardiens de la paix. En revanche, la tendance est moins reluisante chez les spécialistes. a titre d’exemple, pour le recrutement de 20 titulaires du Cap en électronique en première année du cycle de formation des élèves-inspecteurs de police, seulement six candidats sont admissibles et un seul au recrutement de 14 techniciens en télécommunications, néant pour deux infirmiers spécialisés en anesthésie réanimation et deux mécaniciens automobile option carrosserie.

Pour le commissaire divisionnaire Pierre Marie Ngouanom, directeur des ressources humaines à la Délégation générale à la Sûreté nationale, « cette situation se justifie par le fait que parmi les candidats qui se sont présentés, un seul a pu avoir la moyenne nécessaire pour l’admissibilité. D’autres n’avaient simplement pas le niveau. Et ce phénomène a été observé chez les spécialistes uniquement. Cela peut également s’expliquer par le fait que très peu de candidats se sont présentés dans certaines de ces filières », déclare-t-il. Par ailleurs, certains résultats affichent tout simplement néant. Une simple question de moyenne, selon le commissaire divisionnaire Pierre Marie Ngouanom : « Ce n’est pas parce qu’on a besoin de tel nombre de candidats dans telle spécialité qu’on va prendre nécessairement des gens qui n’ont pas de moyenne ou qui ont eu des notes éliminatoires », selon le directeur des ressources humaines. Et de conclure sur ce point : « les résultats «néant » montrent tout simplement que personne n’a réuni des notes pour être admis. Et il s’agit des techniciens. Pour eux, il faut avoir un certain profil pour aspirer à travailler à la police. C’est pourquoi on a besoin des techniciens qui puissent répondre avec satisfaction aux attentes de la Sûreté nationale », déclare le commissaire divisionnaire Pierre marie Ngouanom.
À titre de rappel, le processus de recrutement à la Police a commencé par la phase d’inscription qui s’est achevée le 13 février 2015. Les épreuves écrites ont constitué la seconde étape de ce processus. Selon les chiffres officiels, 5.500 candidats ont concouru dans le cadre des commissaires de police pour 138 places en compétition, 26.000 pour les officiers de police pour 350 places disponibles, 62.600 pour les inspecteurs de police pour 1200 places disponibles et 29.300 pour les gardiens de la paix pour 3000 places disponibles. La troisième étape concernait les corrections qui ont été lancées le 31 mars 2015 par le Délégué général à la Sûreté nationale, Martin Mbarga Nguélé.
Avec la publication des admissibilités depuis le vendredi 13 novembre dernier, l’on assiste depuis quelques jours aux épreuves orales. Lesquelles sont exclusivement réservées aux candidats admissibles aux concours des élèves-commissaires et à celui des élèves-officiers de police. Comme l’a dit le Délégué général à la Sûreté nationale lors du lancement du processus de recrutement à la police, seuls les meilleurs seront retenus. Et pour ceux qui ont eu le mérite d’être admissible, chacun d’eux récoltera ce qu’il aura fourni comme effort aux épreuves orales pour certains et aux épreuves pratiques pour d’autres.