Cameroun – Remaniement – Fin du suspense: Un nouveau gouvernement attendu dans les prochains jours

Le dernier cabinet du septennat des grandes réalisations pourrait selon nos informations, faire la part belle aux technocrates.

Plusieurs d’entre eux seraient d’ailleurs annoncés au sein de l’équipe attendue, dans l’objectif de poursuivre voire de parachever les chantiers de quelques projets structurants qui peinent encore à prendre corps.
Depuis le retour du couple présidentiel à Yaoundé samedi dernier, Etoudi cristallise désormais toutes les attentions. Tandis que la majorité d’observateurs avertis du microcosme politique Camerounais est d’avis que la publication du prochain gouvernement serait dans l’agenda immédiat du chef de l’Etat Paul Biya, d’autres évoquent également en sourdine l’implémentation du futur conseil constitutionnel, qui marquera le parachèvement de l’édifice institutionnel de notre pays, mais également la reprise des arrestations de quelques gestionnaires indélicats de la chose publique (Opération Epervier).
Ceci étant, il apparaît donc selon toute vraisemblance que le remaniement attendu ne devrait pas être une mince affaire. Surtout que celui-ci pourrait s’accompagner de départs significatifs tels que celui de Laurent Esso, pressenti selon des informations de dernière heure, pour occuper le fauteuil de président du conseil constitutionnel – ainsi que celui de l’actuel premier Ministre Philémon Yang- annoncé lui aussi, dans la même institution. Lors de son séjour de plus de trois semaines à Baden Baden en Allemagne, où Paul Biya a suffisamment eu du temps pour mettre la dernière main sur ces trois projets qui lui tiennent à coeur- quelques sources allèguent sous anonymat que contrairement aux rumeurs récurrentes portant sur des gouvernements imaginaires ou listes présumées d’entrants ou de sortants – l’actuel locataire du palais d’Etoudi a travaillé dans le plus grand secret, loin des regards indiscrets, y compris celui de son plus proche collaborateur, le très réservé Ministre directeur du cabinet civil, Martin Belinga Eboutou.
Signes précurseurs
En même temps, selon des informations en notre possession, le chef de l’Etat a, au cours de son séjour Allemand, en pleine préparation de son cabinet, reçu et consulté quelques unes de ses éminences grises attitrées- en guise d’exemple, le nom du sultan des Bamoun Ibrahim Mbombo Njoya est abondamment cité. Des indiscrétions font d’ailleurs savoir que, le monarque avait donc passé en tout deux jours à Baden Baden, aux côtés de Paul Biya, pour les besoins de la cause. Après le double scrutin législatif et municipal, la publication d’un gouvernement était attendue- mais fidèle à son habitude, Paul Biya n’avait pas donné suite aux rumeurs récurrentes qui l’annonçait pour imminente. A cette même période, le président de la république avait longuement séjourné à Baden Baden, pourtant aucune consultation n’avait été faite de façon formelle, comme ce fut récemment le cas.
Interrogé à ce sujet, un politologue qui a requis l’anonymat soutient que ce sont des signes qui ne trompent pas. Sans néanmoins  être dans le secret des dieux, notre interlocuteur allègue que le Palais d’Etoudi n’étant plus un endroit sûr, Paul Biya préfère parfois traiter les plus grands dossiers de l’Etat, dans l’isolement le plus complet, loin des pressions et des contingences de toutes sortes, en Europe- à l’hôtel Intercontinental de Genève où il a ses habitudes, à Baden Baden – ou à défaut à Mvomeka’a son village natal.

Maître du jeu et des dates supposées
Surnommé le sphinx, Paul Biya reste le seul maître du jeu et des calendriers politiques au Cameroun- il décide tout seul et souverainement du moment qui lui semble approprié pour la tenue d’une échéance ou d’une telle autre. En revanche, à l’état actuel, en décryptant les signes, quelquesuns croient savoir que l’on s’achemine incontestablement vers un échéancier extrêmement serré. Si un nouveau gouvernement n’est pas publié ce samedi 19 septembre 2015, certains observateurs avancent les dates du 26 septembre ou du mercredi 30 septembre 2015. Alors qu’il va sans dire que ce gouvernement sera le dernier du septennat dit des grandes réalisations, il apparaît de plus en plus qu’il pourrait faire la part belle aux technocrates chevronnés tels que l’ex-patron des Brasseries du Cameroun, André Siaka et bien d’autres encore.
Après septembre courant, les dates du samedi 4 octobre 2015, du 17, du 24 et du 31 sont également citées. En novembre, mois qui coïncidera avec la commémoration du 33e anniversaire de l’accession de Paul Biya au pouvoir, trois dates essentielles sont également mentionnées en rouge, il s’agit de celles du 1er novembre 2015, du 21, 28 ou 30 novembre. Si un gouvernement n’est pas publié avant l’échéance de novembre, cela se fera incontestablement à la première quinzaine du mois de décembre 2015. Comme pour dire que l’homme du 06 novembre demeure l’unique maître du temps au Cameroun !