Cameroun - Recensement: Trois semaines après son installation, le directeur général de la Société Immobilière du Cameroun, Ahmadou Sardaouna, lance une campagne d’identification des occupants des logements sociaux

Cameroun – Recensement: Trois semaines après son installation, le directeur général de la Société Immobilière du Cameroun, Ahmadou Sardaouna, lance une campagne d’identification des occupants des logements sociaux

Au cours de cette campagne qui débute ce 23 septembre 2019, la SIC va également procéder au recouvrement des arriérés locatifs.

Au cours de l’installation du nouveau directeur général de la Société Immobilière du Cameroun (SIC) Ahmadou Sardaouna le 29 août 2019, la ministre de l’Habitat et du Développement Urbain, Célestine Ketcha Courtes, avait appelé le DG de se «mettre au travail dès cette installation…».

[InArticle]

Des propos qui ne sont pas tombés dans les oreillers de sourds, puisque trois semaines après cette cérémonie, le directeur général de la SIC a lancé ce 23 septembre 2019, «une campagne  d’identification des locataires des logements SIC», rapporte le quotidien Le jour dans son édition du 23 septembre 2019.

Au cours de cette campagne d’identification, «la SIC procèdera également au recouvrement des arriérés locatifs». À cet effet, les occupants des logements SIC  sont invités à mettre à la disposition des équipes mobiles  des photocopies des documents ci-après: «dernière quittance payée; contrat de location, carte nationale d’identité, relevé d’identité bancaire, une photo d’identité 4×4, etc…», précise le journal.

En ce qui concerne les  locataires en impayés, «ils devront s’acquitter de leur dette locative afin d’éviter la résiliation du contrat de bail et l’expulsion du logement», indique le DG de la SIC.

D’après notre confrère qui relaie des informations publiées par le site internet Investir au Cameroun, Ahmadou Sardaouna «engage cette campagne dans un contexte où les logements sociaux construits par l’État du Cameroun, à travers la SIC, font l’objet de micmacs. Par exemple, il arrive que ces maisons construites pour les agents de l’État à revenus faibles soient plutôt habitées par de hauts fonctionnaires nantis et non éligibles».