Cameroun – Rdpc: Les militants Rdpc se déchirent dans la Mvila

La tension devenue perceptible, a provoqué la reprise de l’élection de la sous section Rdpc au village à Btyli.

Cette annulation, aura à n’en point douter, des conséquences sur le calendrier électoral dans la section Rdpc dans la Mvila centre II.

C’est désormais en chien de faïence que les populations du village Bityli situé à quelques kilomètres de la ville d’Ebolowa, se regardent. Et pour cause, le leadership politique qui depuis quelques temps, ronge les militantes, militants et sympathisants du parti dans cette localité ne savent plus à quel saint se vouer. Pour beaucoup, le Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc) a déjà les ennemis en son sein.

L’élection à la sous-section qui a vu la victoire de  Paul Akam a été contestée par certains militants de la partie opposée conduite par Bakor Eya’a. Pour la partie plaignante, des irrégularités ont été observées pendant et après le scrutin en question. Ces derniers pointent un doigt accusateur le sénateur Raymond Ripper Mva Ebeme par ailleurs président sortant de la section Mvila centre aujourd’hui éclaté en deux sections.

Il lui est reproché entre autres d’avoir imposé un candidat qui n’aurait  jamais milité dans le Rdpc dans cette cité, de vouloir confisquer et de faire du parti, une affaire de famille, d’avoir constitué les charters pour  voter son candidat au mépris des potentiels électeurs natifs de ce village et d’avoir organisé un désordre au cour du scrutin qui aurait entrainé des  bagarres.

C’est tous ces griefs portés à l’attention du Comité central qui auraient motivé l’annulation de l’élection à la sous-section de Bityli.

Selon les populations, il n’y avait qu’un leader politique qui les dictait la ligne de conduite à suivre qui n’était autre que le sénateur Raymond Ripper Mva Ebeme. «Je suis originaire de Bityli, nous avons pour coutume de respecter les élites qui nous respectent également. Alors je ne comprends pas pourquoi aujourd’hui certaines personnes ne veulent plus suivre cette voie. Si nos élites choisissent une personne, il faut que nous respections ce mot d’ordre», affirme un militant.

«Malgré qu’il y ait eu des éclats de voix après le vote, le dépouillement s’est bien passé. Avec ce remue ménage, c’est déjà une division du village  et ceci à cause du Rdpc.  Si les autres militants du Rdpc reprochent quelque chose, c’est qu’il y a  déjà les «opposants» à l’intérieur. Si votre frère a gagné les élections pourquoi allez-vous plaindre de ce que les élections se sont mal passées», affirme un habitant du village.

Pour le camp adverse, une élite a imposé un candidat que nous ne voulons pas. Cette pratique est contraire à la lettre circulaire du comité central qui veut que les élections se passent dans l’équité et la transparence  «Nous à la base, nous devons élire celui que nous voulons ou rien», souhaite un autre militant du Rdpc.

En attendant de fumer le calumet de la paix, une chose est sûre ; au sortir de ces échéances de renouvellent des bureaux des organes de base du Rdpc, les camarades et sympathisants du parti des flammes à Bityli, comme dans le reste de la Mvila où ça chauffa aussi, resteront divisés.