CAMEROUN :: QUE VOUS INSPIRENT LES ALLÉGATIONS DE TORTURES METTANT EN CAUSE NOS FORCES DE L’ORDRE ?

Denis Emilien Atangana, président Fdc : “Sanctionner les entrepreneurs de la torture”
C’est regrettable de voir les images qui circulent sur les réseaux sociaux. Ça donne froid au dos de savoir que des êtres humains peuvent être traités de la sorte. J’ai la forte impression que ceux qui nous gouvernent n’ont plus honte. Ces tortures sont une violation sauvage de la constitution et du droit international relatif au respect des droits de l’homme. Ces actes de tortures ternissent l’image du pays. Personnellement je n’arrive pas à comprendre comment un pays comme le Cameroun signataire de plusieurs traités et conventions relatifs aux respects des droits de l’homme peut s’illustrer par des actes de torture aussi graves. Bien évidement au Front des démocrates camerounais (Fdc), nous condamnons ces actes de tortures et exigeons des sanctions contre les entrepreneurs de la torture. Nous savons aussi que les hommes en uniformes exécutent généralement la volonté de leur hiérarchie. C’est la raison pour laquelle nous interpellons le président de la République qui est le véritable patron des hommes et femmes en uniformes de prendre ses responsabilités pour mettre fin à de tels actes. Ceux qui pensent que ces actes de tortures servent le régime Biya se trompent. Ces actes ternissent plutôt l’image du pays, mais aussi oeuvrent à l’extrémisme et la radicalisation.

[InArticle]

Jean Baptiste Atemengue, président Ojrdpc de Ngoumou : « Des enquêtes doivent être menées »
Je suppose c’est par rapport aux évènements qui ont eu lieu à la prison centrale de Kondengui, face à cela, je dirais tout simplement que à diverses occasions, nos forces de l’ordre ont la plupart du temps toujours fait preuve de beaucoup de professionnalisme. Et donc, le dernier cas effectivement, ce sont les évènements dramatiques de la prison centrale de Kondengui. Mais, il faut noter qu’il n’y a eu aucun blessé grave, ni de décès du fait de la présence des forces de l’ordre, malgré le caractère délicat de cette intervention. Maintenant quand il y’a des accusations de tortures, de maltraitances, je crois qu’il y’a des services appropriés qui doivent mener des enquêtes et sanctionner ceux des éléments des forces de l’ordre qui seraient coupables de tels actes, parce que ce n’est pas du tout la philosophie d’une police républicaine ni d’une armée républicaine . Nous devons veiller à ce qu’il y’ait l’ordre mais tout en préservant la dignité de tous les citoyens parce que le désordre lui-même porte atteinte à cette dignité des citoyens et aux libertés des autres.

Parfait Mvoum, vice -président du Sdf-Centre : “La torture est culturelle au Cameroun”
Je pense que ces allégations sont pertinentes, les cas de tortures sont devenus légion au Cameroun. D’ailleurs ça ne date pas d’aujourd’hui le régime en place n’a que repris que ce que faisaient les colons. J’ai été témoin de la bastonnade des jeunes au Sed le 1er juin on a bastonné un monsieur de 70 ans. Le système ne s’appuie que sur la force. Quand le système veut broyer, il utilise la justice, les brigades, les commissariats, ce qui n’a pratiquement rien à voir avec les droits de l’homme. Ces structures de commissions des droits de l’homme sont là pour embellir, d’autant plus qu’une nouvelle commission des droits et libertés de l’homme est en gestation sans contenus depuis la dernière session parlementaire. Avec cela on ne peut que s’attendre à de tels dérapages dans les pénitenciers. Vous avez vu l’image d’un vice-président de parti politique, au fur et à mesure que ce système tire à sa fin, les policiers, gendarmes, les forces de défense deviennent plus féroces. Ces actes s’observent même dans les deux régions en crise.