Cameroun – Prosper Nkou Mvondo sur Equinoxe TV: «Une candidature de Paul Biya en 2018 relèverait de la sorcellerie»

Le Professeur de Droit à l’Université de Ngaoundéré et opposant camerounais voit mal le Chef de l’Etat briguer un nouveau mandat à plus de 85 ans.

Paul Biya, président de la République du Cameroun sera-t-il candidat à sa propre succession en 2018? A l’heure actuelle, la réponse à cette question semble encore une véritable énigme. Plusieurs compatriotes décryptant  les derniers actes et  discours du Chef de l’Etat semblent convaincus que celui qui dirige le pays depuis le 6 novembre 1982 (35 ans) devrait bel et bien postuler pour un nouveau bail. Ces derniers pensent que la Coupe d’Afrique des Nations 2019 que le Cameroun  tient absolument à organiser  malgré  les nombreux corcs-en-jambes des dirigeants de la Confédération africaine de football (CAF) devrait constituer pour « l’homme lion », un argument décisif de campagne. D’ailleurs les affiches qui pullulent déjà dans les principales villes du Cameroun reprenant à côté de son portrait géant  les termes qu’il a utilisés jeudi lorsqu’il recevait au Palais de l’Unité, les athlètes médaillés aux derniers (8e) jeux de la Francophonie et aux Jeux islamiques pour réitérer l’engagement du Cameroun à organiser la CAN 2019 représentent des signes manifestes de l’entrée insidieuse en campagne du Chef de l’Etat camerounais.

Leader du Parti Univers, le Professeur Prosper Nkou Mvondo refuse de souscrire à cette grille d’analyse. Il dit voir mal le Chef de l’Etat déjà sous le poids de l’âge (84 ans) solliciter une nouvelle fois les suffrages de ses compatriotes. « Le président a dit : le Cameroun sera prêt et le Cameroun, ce n’est pas Paul Biya. Et beaucoup de ses thuriféraires, beaucoup de ses adversaires voient en ces propos, l’annonce de sa candidature. Moi, je n’ai pas vu ça de cette façon, je n’ai pas entendu l’annonce de sa candidature. Et je suis convaincu qu’avant les élections de 2018, Paul Biya que je connais ne sera pas candidat. Il y a des appels là-dessus, il y a des contre appels, il ne s’est jamais prononcé, il ne l’a jamais dit. Il a même reporté sine die le congrès de son parti. Congrès à partir duquel on attendait qu’il se prononce. Il n’a rien dit. » Soutient-il. Pour lui, si Paul Biya est candidat en 2018, « cela va relever tout simplement de la sorcellerie ». « N’oubliez pas qu’il a 85 ans et à 85 ans, a-t-il  encore des ambitions pour le Cameroun ? Non, c’est terminé », rappelle l’opposant camerounais.

Parlant de l’âge « avancé » du Président, Nkou Mvondo refuse la comparaison  que certains tentent de faire avec celui de son homologue zimbabwéen  Robert Mugabe (93 ans). « Non, prenons des exemples qui peuvent amener le Cameroun un peu plus loin. Vous prenez l’exemple de Mugabe, non, prenons aussi l’exemple de celui qui a 39 ans qui vient d’être élu en France. Nous avons besoin de cette libération, d’une nouvelle génération qui n’attendra pas 35 ans pour penser à organiser une CAN, qui plus est, dans la précipitation. Monsieur le Président de la République, si vous êtes encore candidat en 2018, cela va relever pour moi de la sorcellerie. Allez vous reposer et passer le relais, il y a une nouvelle génération qui est en train d’émerger… » A-t-il réitéré dimanche au cours de l’émission « Droit de Réponse » sur Equinoxe Télévision.