Cameroun – Procès des militants du MRC/Jean Baptiste Homsi: «Je m’attends à la peine de mort, au mieux la peine à vie»

L’industriel camerounais âgé de 66 ans a été interpellé le 28 janvier 2019 à Douala. Il est incarcéré à la prison centrale de Yaoundé, accusé devant le tribunal militaire de rébellion, insurrection et hostilité contre la patrie.

Le procès du leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC), Maurice Kamto, ses alliés et partisans s’ouvre ce 6 septembre 2019 devant le tribunal militaire de Yaoundé. Ils sont entre autres poursuivis pour «rébellion, insurrection et hostilité contre la patrie».

A l’approche de ce passage devant les juges du tribunal militaire,   Jean Baptiste Homsi, militant du MRC interpellé dans la ville de douala le 28 janvier 2019, affiche toute sa sérénité. «Rechercher la vérité des urnes, avoir de la compassion pour les concitoyens du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, s’indigner pour les sommes englouties sans résultat pour la CAN 2019, m’ont valu arrestation à Douala, déportation et incarcération  à Yaoundé; incarcéré pour: hostilité contre la patrie, insurrection et rébellion», relève l’industriel camerounais dans les colonnes du quotidien Le Jour édition du 5 septembre 2019.

A propos du procès qui s’ouvre ce 6 septembre 2019, Jean Baptiste Homsi soutient qu’il n’y va pas «comme un animal qu’on mène à l’abattoir». «J’y vais pour défendre mes valeurs qui sont la liberté contre l’oppression, l’amour contre la haine, la vérité contre le mensonge, la justice contre l’injustice», confie le militant du MRC.

«Je m’attends à la peine de mort, au mieux la peine à vie.  Mon engagement chrétien m’oblige à défendre la destination universelle des biens qui est en d’autres termes « de l’eau pour tous que du champagne pour quelques-uns». J’ai retrouvé des valeurs dans le MRC que préside le Président élu Maurice Kamto», insiste l’industriel.