Cameroun – Primes des militaires: Ce qui n’a pas été dit aux Camerounais

Quand la vérité finit par triompher d’une tentative de règlement de compte politique.

Le sport favori des Camerounais est de passer d’une phase consciente à la phase amnésique, où l’on a tout oublié, où l’on refuse d’assumer le passé. Rarement les médias se sont amendés d’une information mal traitée ou diffamante. Revenons particulièrement sur une cabale caustique contre l’ex-ministre délégué à la présidence chargé de la Défense, non pas pour le défendre, car en temps opportun, chaque fois que nous eûmes à décrier un disfonctionnement ou une situation inappropriée concernant ce ministère, nous l’avons fait, sans passion.

Comment fonctionnent les Nations Unies dans les opérations de maintien de la paix?
L’Organisation des nations unies n’a pas de Forces militaires en attente et est obligée de sous-traiter avec des Etats contributeurs pour ses opérations de maintien de la paix (Omp). Elle accorde des subventions aux Etats contributeurs, car en respect de son éthique, elle ne peut rémunérer un soldat qui est au service d’une cause noble telle que la paix. Ce sont les Etats qui s’occupent de leurs contingents. « La rémunération des militaires est prise en charge par les gouvernements dont ils relèvent selon leur grade dans les forces nationales et selon le barème de rémunération applicable. Les pays qui fournissent volontairement les contingents aux Omp sont remboursés des coûts par l’Onu sur la base d’un taux standard approuvé par l’Assemblée générale ».

Ce taux révisé est passé de 1028 US dollars à 1322 US dollars (762.000 FCFA)  par soldat et par mois au titre du remboursement aux Etats des services d’appui et du matériel. C’est aux Etats qu’il revient à présent de rémunérer leurs soldats de la paix. Certains Etats choisissent même de ne rien reverser et le Cameroun a opté pour un virement de la somme de 250.000 FCFA pour les militaires du rang et sous-officiers et de 350.000 FCFA pour les officiers. Il faut préciser ici que pour être éligible le Cameroun a consenti un crédit de 32 milliards de FCFA (63.242.288 US dollars) auprès d’une structure bancaire, la Commerce Bank, filiale de Paris.
Ce crédit a permis d’acheter des équipements et des matériels selon le standard onusien et le Cameroun devrait payer des traites auprès de cette structure bancaire pendant 05 ans. Le gap obtenu entre le total du remboursement effectué par les Nations Unies et les primes allouées aux soldats camerounais auxquelles il faut ajouter les frais de maintenance des équipements,  sert à rembourser le crédit consenti. Après l’échéance de cette dette, le matériel acquis reviendrait au Cameroun, mais également le gap entre l’entretien des soldats et les sommes perçues auprès des Nations unies serviraient à financer des projets sociaux dans la perspective d’une armée qui créé ses propres revenus. Le Cameroun, proche voisin de la RCA est l’un des plus importants contributeurs de la Minusca avec 1350 soldats de la paix sur le terrain. Pour être éligible, le Cameroun a dû s’arrimer au standard onusien du point de vue des équipements et de la formation.
A côté de ces rémunérations qui dépendent de chaque Etat, il y a des primes versées à chaque soldat par l’ONU. Il s’agit de la prime individuelle de permission et la masse générale d’entretien (MGE). La prime individuelle d’entretien est payable tous les six mois sur la base de 2,5 jours de permission par mois, ce qui en 6 mois représente au taux de 10,5 dollars américain par jour, un total de 157,5 dollars par personne. Chaque militaire a également droit à 1,28 dollars par journée passée sur le théâtre des opérations. Ces sommes ont été apurées par le Cameroun. Chaque militaire a reçu en gros sur 958 personnes relevées, la somme de 82.729 FCA au titre de la prime individuelle de permission et la MGE (soit 15.811.318 FCFA) a été reversée auprès des différents états-majors pour le désintéressement des ayants droits.