Cameroun – Polémique: Des universitaires voient d’un mauvais œil la participation de Mathias Eric Owona Nguini au colloque sur Chantal Biya

L’intellectuel opposant est soupçonné de retourner sa veste face au régime de Yaoundé qu’il critique et dénonce souvent.

C’est une avalanche de réprobations qui s’abat sur le Dr Mathias Eric Owona Nguini depuis que son nom a été découvert parmi ceux des intervenants au colloque «Droits Fondamentaux et Politiques de Solidarité au Prisme de l’Action Sociale de la Première Dame du Cameroun». Des appels au désistement, des accusations, des condamnations et même des propos discourtois fusent de partout. L’éminent politiste réputé dur envers le pouvoir de Yaoundé est soupçonné de vouloir rejoindre ceux qu’il combat. Des universitaires comptent parmi ceux qui ne comprennent pas sa présence dans le groupe d’experts recruté pour réfléchir sur l’œuvre sociale de l’épouse du Président de la République du Cameroun, Paul Biya.

Dans un échange sur le réseau social Facebook, le Dr Hilaire Kamga qui fait face à un Owona Nguni sur la défensive rétorque qu’il a «de la peine à comprendre les tentatives un peu hasardeuses de justification énoncées par mon Ami Mathias Eric». Ce, pendant que le jeune politologue Moussa Njoya lui adresse un questionnaire ironique sur ce colloque qui se tient du 1er au 3 novembre 2016 à Yaoundé. Entre autres questions posées à lui et à son défenseur  Cabral Libii, il y a ces interrogations sur la composition du  comité scientifique, le moment de la sélection des panélistes ou encore celle qui consiste à savoir  «combien de colloques au monde s’achèvent par la remise d’un doctorat honoris causa».

Outré par les attaques portées contre Owona Nguini, Cabral Libii appelle à la retenue. «J’invite humblement les uns et les autres à l’humilité. Les jugements sévères portés sur certaines personnes telles Owona Nguini doivent tenir compte du parcours. Beaucoup de ceux qui écrivent tout et n’importe quoi sur Mathias n’auraient jamais pu afficher le tiers de son engagement s’ils avaient eu les parents qu’il a eu. Beaucoup de ceux qui écrivent tout et n’importe quoi, nonobstant leur “intégrité” et leur “incontestable constante” demeurent incapables d’atteindre le tiers de son aura.

Beaucoup de ceux qui écrivent tout et n’importe quoi n’ont pas le tiers du courage et de la solidité de conviction de Mathias. Beaucoup de ceux qui écrivent tout et n’importe quoi ne pourraient combler le vide laissé par Mathias», réagit le journaliste spécialiste des questions juridiques.

Il défend «la scientificité» du colloque de la discorde «tout en émettant des réserves relativement au vol d’idée qu’il y a derrière et au caractère fantaisiste du budget».

Quant à Mathias Eric Owona Nguini que certains accusent d’être attiré par les per diem, il annonce déjà qu’il reversera ce qu’on lui donnera au colloque sur Chantal Biya «à la Caritas et à la Paroisse de la Basilique de Mvolyé».