Cameroun : Pétanque , plus qu’un jeu de boules

La discipline, peu connue au Cameroun, compte environ 350 licenciés d’après les statistiques de la fédération.

Un simple jeu de billes pour adultes ? Que non. Si pour des profanes, la pétanque rappelle beaucoup les jeux de billes auxquels se livrent les tout-petits dans les cours de recréation, pour les boulistes, pratiquants assidus de la discipline, elle est bien davantage. « En plus d’être une activité sportive, elle a beaucoup de vertus en termes de socialisation », confie un adepte. Si la discipline est pratiquée en privé depuis des lustres par des expatriés, des Français principalement, la Fédération camerounaise de pétanque a été créée en 2000. Depuis, l’instance essaye tant bien que mal de vulgariser ce sport au Cameroun.

Mais, comme souvent, c’est presque dans l’anonymat que la saison 2017 de pétanque a été lancée en février dernier, au club AMT, non loin du ministère de la Défense à Yaoundé. Les passionnés de la discipline ont investi le boulodrome du club. Le premier regroupement a été remporté par la paire Guy Meyewou- Bernard Ngueguim (Perenco de Douala) devant Soule Houlem et Natha Nonyou (Camtel Yaoundé). Vingt-trois paires ont participé à cette première étape du circuit. Ce qui augure d’après les organisateurs, d’un grand engouement pour la pétanque cette année. Le championnat local compte environ une dizaine de clubs, dont les plus prestigieux sont AMT (détenteur de la Coupe du Cameroun), Académie pétanque de Pouma, Perenco de Douala, Camtel, etc. Les registres de la fédération quant à eux, enregistrent environ 350 licenciés, selon Hervé Njoya Ticky, le secrétaire général. Lors de la coupe d’Afrique des nations 2015 de pétanque au Tchad, les boulistes camerounais ont décroché la deuxième place du classement.

Au sujet des règles du jeu en pétanque, le but du jeu est d’approcher ses boules plus près du « but » que celles de son adversaire. La première équipe qui totalise 13 points a gagné la partie. Dans ce sport, trois combinaisons de jeu sont possibles : la triplette (3 contre 3), la doublette (2 contre 2) et le tête-à-tête (un contre un). En triplette, chaque joueur dispose de deux boules. Dans les autres configurations, chaque joueur en a trois. La pétanque se pratique sur tous les terrains. La plupart du temps en compétition, des « cadres » (terrains sur lesquels doit se dérouler une partie) sont tracés. Les dimensions officielles sont alors de 15 mètres de longueur pour 4 de largeur, et a minima de 12 mètres sur 3.

Interview

Hervé Njoya Ticky: « Nous espérons que cette année sera celle du décollage»

Secrétaire général de la Fédération camerounaise de pétanque.

Comment la pétanque arrive-t-elle au Cameroun ?

La pétanque est un sport traditionnel originaire de la France. Elle a existé dans toutes les colonies françaises. Je me rappelle qu’à Yaoundé, avant la réfection du tennis club situé à l’Hôtel de ville, il y avait un court de pétanque qui y existait également. Des expatriés y pratiquaient cette discipline depuis la présence des colons. C’est un sport qui existe au Cameroun depuis longtemps. Des passionnés camerounais dont le colonel Parfait Ndjock ont par la suite eu l’idée de mettre sur pied une instance fédérale pour la pétanque.

Quelles seront les innovations de la saison qui a démarré ?

Nous démarrons sur la pointe des pieds puisque nous sommes en année électorale. Nous attendons de voir à quel moment les renouvellements des exécutifs dans les fédérations vont débuter. La vulgarisation de la discipline occupera une place importante cette saison. Nous comptons repartir vers les établissements scolaires et regarder aussi du côté des entreprises, afin que les travailleurs puissent se mettre à la pétanque pour se relaxer dans un premier temps, puis devenir des pratiquants par la suite. En fin de saison dernière, la Garde présidentielle nous a apporté un grand nombre de pratiquants. Nous espérons que cette année sera celle du décollage de la pétanque.