Cameroun: Nzui-Manto, champion du Cameroun de Basketball

Le club a obtenu son titre en messieurs à l’issue des rencontres en retard du championnat d’élite, le week-end dernier.

C’est fait. Nzui-Manto basketball de Bangangté est champion du Cameroun 2016. 237online.com Il a fallu attendre la fin des rencontres en retard, le week-end dernier, et le classement officiel de la Fédération camerounaise de basketball pour voir le club décrocher le premier titre de son histoire, en compétition nationale. Le suspense était là, présent et pressant pour ce club créé en 2014. Champion de la phase aller, l’équipe promue par Eric Niat, s’est fait peur lors de la reprise avec des défaites contre Injs et Beac notamment. Le club s’est retrouvé troisième au classement. Après, elle a su assurer l’essentiel en battant All Stars de Bamenda (73 – 60) lors d’un match en retard disputé la première quinzaine du mois de juillet. Le destin de Nzui-Manto était entre les mains de ses adversaires directs (Injs et Beac). D’ailleurs, à Beac, les dirigeants espéraient un classement à eux favorable. Mais

le forfait général de No Name de Yaoundé a aidé. Tout s’est donc joué sur le fil pour Nzui-Manto. Tout au long de la saison, l’on s’est fait peur, l’on a commis des erreurs dites de jeunesse, on a su se ressaisir. Le club voulait terminer invaincu mais, il faudra ajourner l’exploit et garder deux défaites, seules taches de la saison. Et pour les joueurs, ce parcours est simplement merveilleux. Nzui-Manto a su trouver le chemin de l’élite très tôt après une année à bagarrer dans le championnat régional de l’Ouest. Puis, il y a eu cette saison 2015 soldée par une troisième place. 2016 semble être celle de la consécration puisqu’en plus du titre de champion du Cameroun, le club a la possibilité de réussir le doublé. Nzui-Manto est qualifié pour la finale de la coupe du Cameroun et affrontera, le 13 août prochain, le vice-champion, Beac de Yaoundé. La victoire est celle de ces jeunes qui ont consenti des sacrifices et épousé les idéaux du coach, Auguste Siedjou Nouwou et des promoteurs. Tenez, le coach est une espèce de gamin, à peine sortie de sa carrière de joueur. Il n’avait pas encore terminé d’être coéquipier de 19 des 21 joueurs du club qu’il a été promu au poste d’entraîneur. Avec ses « frères », il a essayé de construire une famille. « La force de notre équipe, c’est l’énergie fraternelle que nous avons communiquée. Nous sommes d’abord une famille. Nous nous entr’aidons. Dès que cela a été compris, c’était aisé pour nous», confie à CT, Auguste Siedjou Nouwou. En plus, les joueurs ont pris l’habitude de jouer ensemble. Le capitaine, Mbamba Rikam, meilleur joueur du club, a su entourer ses coéquipiers et donner la possibilité à Etienne Tambetong de terminer meilleur marqueur. Auguste Siedjou Nouwou est donc le bon élève qui a su battre ses maîtres aux pieds bien droits dans leurs bottes d’entraîneurs. Ils avaient du vécu, la connaissance des compétitions internationales. Mais lui, a su imposer son style. On attend la coupe pour sabrer le champagne à Nzui-Manto.