Cameroun – Nouveaux locaux du Senat : Chronique d’une adaptation difficile

Délogée du Palais des congrès par des travaux de réfection, la Chambre Haute du parlement a intégré les locaux de l’Agence de régulation des marchés publics (ARMP) depuis le weekend dernier. Non sans mal.

Boum boum boum ! Des coups frappés à répétition rompent le fragile silence qui règne au 8ème étage de l’immeuble abritant les services de l’ARMP. «Venez ouvrir la porte», crie une voix de femme dans laquelle perce la panique. Affolement. Des techniciens accrochés à un escabeau s’empressent vers la porte ou filtrent les cris. Ils sont rejoints par  deux femmes qui  s’extirpent au trot d’un bureau. «Ça vient des toilettes» déclare l’une d’elle, tandis qu’un technicien déverrouille déjà la porte à problème. Un geste qui libère la jeune femme qui est accueillie par des moqueries : «Tu as paniquée. Tu as peur de la mort comme ça?» lance-t-on. «Moi-même j’ai été enfermée dans ces toilettes le matin. Il y a un problème de loquet», confie une femme. La jeune femme qui vient d’être extirpée de ce qui semblait être un cauchemar pour elle n’est donc pas la première victime. Depuis  l’installation du personnel du Senat dans cet immeuble, un bon nombre de personnes s’est vu barricadé par ladite porte.

Si cet épisode semble anecdotique, il traduit tout de même les conditions de travail dans lesquelles les personnels de la Chambre Haute du parlement évoluent depuis ce lundi 24 aout 2015. Au-delà des portes ensorcelées, ces derniers font également face à des déficits de tout genre notamment  de chaises. Ce qui donne souvent lieu à des échanges plus ou moins tendus. «Qui a pris ma chaise?», interroge un homme en s’engouffrant dans un bureau. «Ah la voici», ajoute-t-il.  Réplique d’une femme : «ce n’est pas la tienne. Tu sais qu’il y a un problème de chaise ici. Et n’attend pas que je sorte pour venir la chercher», averti-t-elle au jeune homme qui vient de se replonger dans les couloirs sombres de ce 8ème étage.
En effet,  en dehors de se livrer au jeu de chaises, les employés du Senat doivent aussi avoir le sens de l’orientation dans les couloirs dépourvus de lumière. A peine une ou deux ampoules laissent jaillir un éclairage doré dans les multiples couloirs qui desservent la dizaine de bureaux que l’on retrouve à cet étage. Une semi-obscurité à laquelle se mêle des détritus qui jonchent les passages laissant respirer  une senteur d’humidité.

Cabinet du Ministre
Une atmosphère qui est différente de celle retrouvée au 9ème étage. Ici seuls des cartons sont classés à l’entrée du niveau. Le Senat devra s’installer dans  les locaux autrefois  occupés par le Ministre de l’Habitat et du développement urbain lui-même. Rien ne rappelle donc le spectacle du 8ème étage. Exception faite de l’absence de lumière, et des bureaux encore vides ou quelques employés se promènent. Les mains dans les poches. C’est à ce niveau que devrait être logé le président de cette chambre, pour l’instant encore au palais des congrès. Un autre élément qui est en attente est l’attribution des bureaux aux différents services.