Cameroun: Narcisse Moelle Kombi, le défi de la gestion de l’art musical à relever

C’est le nom du nouveau ministre des Arts et de la Culture (Minac).

Le professeur agrégé de droit public et science politique hérite d’un portefeuille ministériel qui depuis quelques temps endure une crise qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, notamment en ce qui concerne le volet gestion du droit d’auteur et droits voisins de l’art musical. Visiblement, c’est une tête bien faîte pour redorer le blason du Minac. C’est bien à dessein si le président de la République l’a choisi lors du réajustement ministériel de vendredi dernier, celui-là même qui était jusque-là l’un des conseillers spéciaux, pour venir éteindre le feu qui brûle la maison de la culture. Le juriste internationaliste de haut vol qui remplace Ama Tutu Muna, renvoyée au quartier pour avoir mis visiblement à mal la cohésion gouvernementale, présente des faits d’armes. En effet, avant d’entrée au gouvernement de 2011, Jean Narcisse Mouelle Kombi a trôné à la tête de l’Institut des relations internationales du Cameroun (Iric), prestigieuse école de formation des diplomates et autres cadres du secteur de l’administration à caractère international, pendant pratiquement six ans. Et plus tôt, le digne fils du département du Nkam a occupé valablement les fonctions de chargé d’études au secrétariat général de la présidence de la République de 1995 à 2003 et de doyen de la Faculté des sciences juridiques et politiques de l’Université de Douala  de 2003 à 2005. Bien plus, le porte-parole de l’appel de l’intelligentsia camerounaise en faveur de la candidature du président Paul Biya à l’élection présidentielle de 2011 n’est pas un blanc bec dans la production des œuvres culturelles. La preuve, le quinquagénaire et président de la sous-commission des droits civils et politiques de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (Cndhl) est auteur d’une trentaine de publications scientifiques et littéraires. Dans le registre des œuvres littéraires, le chevalier de l’ordre de la valeur a entre autres, publié Traduit de l’évènementiel (1986), Une Aube si tragique (1986) et L’Étrange détresse.