Cameroun – Musique. Kareyce Fotso: une polyglotte au micro

La chanteuse camerounaise est dotée de multiples talents toujours aussi surprenants

 

Le 1er avril dernier, Kareyce Fotso a fait la joie du public d’Abidjan. La coïncidence est trop forte pour ne pas être signalée. Abidjan. C’est dans cette célèbre ville ivoirienne, qu’en juillet prochain, Kareyce fera son entrée, parée du costume d’ambassadrice de bonne volonté des 8es Jeux de la Francophonie. Cette responsabilité lui va si bien. Car entre Kareyce et la Francophonie, l’idylle est plus solide que jamais. En 2009, elle termine avec la médaille d’argent aux Jeux de Beyrouth au Liban dans la section « Chanson » grâce à « Pac-ler française ». Son parcours décolle alors avec notamment « Mulato » son premier album sorti la même année, puis « Kwegne » le deuxième, un an plus tard. Depuis, Kareyce n’a plus arrêté de surprendre son monde. « Je suis une métisse culturelle », affirme-t-elle haut et fort. Sa pluridisciplinarité témoigne pour elle. Chant, danse, jeu de scène, entre autres : l’ancienne du Korongo Jam est comme un poisson dans l’eau, et ce dans diverses mers.
A la guitare ou aux percussions, elle se plaît à manipuler les langues du terroir dans ses chansons. Son dernier album « Mokte » (2014) était composé en huit langues locales ! « Quand les gens me disent que j’ai cette habileté, je leur réponds que je n’ai même pas appris. A Mvog-Ada (Ndlr : quartier de Yaoundé), où j’ai grandi, on avait une cour unique. Les gens sortaient de partout, comme les langues, et on se retrouvait. Je suis le reflet de l’intégration, parce que quand tu es quelque part, intègre-toi. Moi, je suis née Mvog-adéenne (rires) », confiait-elle récemment à CT. Il n’y a pas que la Francophonie qui reconnaisse les multiples prouesses de Kareyce. Le 11 janvier dernier, l’artiste était faite chevalier de l’Ordre national de la valeur par le chef de l’Etat.
Après plusieurs années à parcourir les scènes du monde, elle tenait à nouer des liens avec un public camerounais pressé de la connaître un peu mieux. Et pour partager un bout de cet univers immense, elle lance « Sur le chemin de Kareyce », une tournée au succès retentissant en avril 2016, qui la verra passer par les villes de Douala, Bafoussam et Yaoundé. Le « multiculturalisme » de Kareyce ressort également dans les danses qu’elle exécute sans complexe. La chanteuse est généreuse, et n’hésite pas à communiquer son énergie positive à d’autres artistes. Elle a répondu favorablement à l’invitation de Charlotte Dipanda à l’Olympia en septembre 2016, pour un résultat explosif. La conquête des cœurs, Kareyce l’a déjà réussie.