Cameroun – Mincommerce: Tournée nationale pour préparer les fêtes de fin d’année

Luc Magloire Mbarga Atangana, le ministre du Commerce, va s’enquérir de la disponibilité des produits de grande consommation.

Trois semaines après avoir organisé, à Yaoundé, une série de rencontres avec des opérateurs économiques des filières riz, poisson, poulets, matériaux de construction, produits pétroliers et produits brassicoles, sucre et produits oléagineux, à l’effet d’évaluer les stocks disponibles à deux mois des fêtes de noël et de nouvel an, le ministre du Commerce (Mincommerce) repart à l’abordage. Mais, cette fois, Luc Magloire Mbarga Atangana a décidé d’effectuer une tournée nationale pour prendre le pouls du marché.
Au cours de la première étape effectuée lundi le 9 novembre 2015 dans certains magasins phares de Yaoundé, la délégation ministérielle a pu se rendre compte que les fêtes de fin d’années se dérouleront dans un climat relativement apaisé, sans tension, ni spéculation, et encore moins des pénuries. «On n’est pas loin de l’overdose, au vue de ce que nous avons constaté, en matière d’approvisionnement en produits de grande consommation. Les stocks disponibles à ce jour permettront  à notre pays d’être à l’abri des pénuries jusqu’en 2016», s’est réjouit le Mincommerce.
Riz
Luc Magloire a jugé «impressionnant » les quantités de riz disponibles dans les magasins visités. «Nous avons du riz en quantité suffisante. Les réserves actuelles nous permettront de ravitailler sans interruption le marché national pendant au moins 7 mois», a déclaré, face à la presse, Mohamadou Djahir, Directeur régional Centre-Sud de la société Soacam spécialisée dans l’importation, la distribution et la vente des denrées de première nécessité telles le riz, le sucre, le savon et les huiles végétales raffinées. En outre, a-t-il précisé, «le riz est en chute libre, car vendu en dessous du prix de revient en raison d’énormes quantités disponibles sur le marché actuellement».
Chez Queen Fish, le Directeur régional des ventes, Evaristus Mbungson dispose de 500 tonnes de poissons dont 300 tonnes de maquereau et 200 pour d’autres espèces rares, uniquement dans les chambres froides de Yaoundé, la capitale politique camerounaise. Plusieurs containers sont aussi en attente au port de Douala. Leur cargaison sera, précise-t-on à Queen Fish, utilisée pour ravitailler les autres régions du pays au cours des mois de décembre et janvier prochain. Ce qui augure de lendemains paisibles. Congelcam ayant pour sa part déclaré des provisions  évaluées à 100 tonnes dont le maquereau, le bar et d’autres espèces prisées des ménages. Les tarifs affichés actuellement étant de 1200 Fcfa/kg, contre 1300 et 1800 Fcfa à la même période en 2014.

Vie chère
Cette tournée nationale a déjà aussi conduit le Mincommerce à Douala dans le Littoral. C’était mardi. Jeudi, la délégation conduite par Luc Magloire Mbarga Atangana se rendra à Maroua, chef-lieu de la région de l‘Extrême-Nord. Puis, vendredi, elle mettra le cap sur la ville de Garoua dans le Nord. Preuve que la lutte contre la vie chère reste une préoccupation constante du Mincommerce. En effet, depuis son entrée au gouvernement, le 8 décembre 2004, comme le tout premier ministre du Commerce (l’ancien ministère du Développement industriel et commercial ayant éclaté), Luc Magloire Mbarga Atangana a opté pour la négociation avec les différents acteurs et opérateurs économiques.
Les magasins témoins et les caravanes mobiles de vente promotionnelles organisées régulièrement sur l’étendue du territoire national ont dans ce sens permis aux ménages de pouvoir se ravitailler en produits de première nécessité et à des seuils acceptables. En outre, la maitrise de l’inflation, la lutte contre la contrebande et la contrefaçon sont menées efficacement, grâce à la présence permanente, dans les surfaces commerciales, des équipes de la brigade de contrôle et de répression des fraudes.  Des initiatives louables, qui font du Mincommerce, le combattant solitaire de la vie chère au Cameroun.