Cameroun – Mémorandum de l’Adamaoua/Ali Bachir (Député de l’Adamaoua): «Ce mémorandum n’émane pas des députés et des élites de la région de l’Adamaoua»

Une partie des Elites de l’Adamaoua n’approuvent pas le mémorandum récemment adressé au chef de l’Etat par les ressortissants de cette région
La région château d’eau du Cameroun contribue grandement au développement socio-économique du pays, mais elle est victime d’ostracisme voire d’apartheid et ses ressortissants exclus ou faiblement représentés dans la sphère de prise des décisions. C’est en gros la teneur du mémorandum de l’Adamaoua envoyé à Paul Biya.
 
Signé d’un certain Abbo Hamadjouldé pour le Cercle de Réflexion des Elites de l’Adamaoua, le document qui date du 31 juillet 2016 indique qu’«à défaut d’envisager l’application stricte des quotas par Région pour les postes de responsabilité au sein de l’Etat, il y a lieu de se demander s’il n’est pas nécessaire d’instaurer le système fédéral qui semble être la panacée par rapport à l’Etat Unitaire sous sa forme actuelle, source d’injustices à cause de la centralisation excessive du pouvoir entre les mains d’une minorité égoïste et égocentrique».
 
Toutes les élites de l’Adamaoua n’approuvent pas. Certains se désolidarisent même de ce mémorandum à l’instar du député Ali Bachir. Celui qui est par ailleurs président de la section RDPC de la Vina-sud 1 a accordé sa réaction au quotidien Le Jour en kiosque ce vendredi 19 août 2016.
 
«J’ai été stupéfait et surpris à la lecture de ce mémorandum. D’emblée, ce que je peux dire est qu’il n’émane pas des députés et des élites de la région de l’Adamaoua. Ce qui est écrit dans ce mémorandum est loin et très loin même de la réalité. C’est juste l’œuvre des individus mal intentionnés, tapis dans l’ombre qui s’agitent en vue de satisfaire des intérêts belliqueux. Cette bande qui se cache derrière ce pamphlet cherche tout simplement à monter les élites de la région de l’Adamaoua contre le Président de la République. Car, comment comprendre qu’en dépit des grands chantiers dont l’Adamaoua bénéficie sous le Renouveau, les auteurs de ce fameux document qui est tout sauf un mémorandum, viennent peindre tout en noir. Je dis non! L’Adamaoua n’est pas la mal aimée. Nous avons des ressortissants de cette région qui sont à des postes de responsabilité, que ce soit dans la très haute administration ou dans la gestion des affaires du pays. Les choses ont changé. Avec le gouvernement du président Biya, l’Adamaoua est devenue sa fille chérie et bien aimée. Regardez vous-même le nombre de projets, à l’instar du barrage de Bini Warack dans l’arrondissement de Ngan Ha qui vient à point nommé résorber le déficit énergétique de l’Adamaoua et de toute la partie septentrionale du Cameroun. Les auteurs du mémorandum se sont trompés sur bon nombre de choses», affirme Ali Bachir. 
 
Réaction identique chez le Lamido de Banyo, Mohaman Gabdo Yaya. «J’ai effectivement entendu parler de ce document. Pour vous dire vrai, je ne connais pas le garçon qui l’a écrit. D’ailleurs moi je n’ai pas été associé dans l’écriture de ce document. La démarche est inappropriée. Quand il dit que l’Adamaoua est la plus mal lotie du Cameroun c’est son point de vue qu’il défend. Moi je suis parlementaire, je suis convaincu que le chef de l’Etat se soucit de notre région. Il ne manque pas de nous témoigner son attention».