Cameroun – Melane: Les ravisseurs d’enfants sont de retour

Lundi 26 octobre, alors qu’ils rentraient de l’école, des élèves du lycée de Melane dans la région du Sud Cameroun ont failli être victimes d’enlèvement.

Le lendemain c’est un autre groupe d’élèves qui échappait à son tour à des ravisseurs qui essayaient de les emmener dans leur voiture.
Le petit village de Loum, où est situé le lycée de Melane, a connu en début de semaine des évènements inhabituels, mais pas inconnus des populations de la zone. En effet, c’est de façon périodique que des personnes inconnues s’introduisent dans le village et essaient d’enlever les enfants, surtout les élèves qui, pour certains, parcourent une dizaine de kilomètres chaque jour pour se rendre à l’établissement.
D’après les informations recueillies auprès des quelques enseignants du lycée de Melane et auprès du censeur de l’établissement, les ravisseurs profitent des périodes de grande agitation dans le village pour s’infiltrer et frapper en toute quiétude. Et cette période d’élections pour le renouvellement des organes de base du parti au pouvoir (RDPC) est l’occasion rêvée pour les malfrats.
Depuis quela campagne bat son plein dans la zone, il est très courant de voir des véhicules aller et venir sur la route reliant Melane et les villages environnants à Mengong, une petite ville située à quelques kilomètres seulement d’Ébolowa. Cette affluence sur la route, qui rend difficile l’identification des étrangers, est exploitée par les trafiquants pour se fondre dans la masse.

Il devient encore plus facile d’enlever les enfants et les élèves en cette période parce que, malheureusement, plusieurs enseignants des établissements scolaires de la zone abandonnent les salles de classe pour se rendre aux meetings et réunions politiques organisées la plupart du temps à Mengong. Oisifs, certains élèves préfèrent regagner leurs domiciles, et deviennent donc des proies faciles pour les ravisseurs.

Dès le mercredi 27 octobre, au lycée de Melane, le censeur M. Mvondo Patrice a fait passer un communiqué pour sensibiliser les élèves sur les évènements des deux jours précédents, et a également pris des mesures préventives en interdisant aux élèves de quitter l’établissement avant la fin des cours, même si aucun enseignant n’est présent.
Malheureusement, sans enseignants dans les classes, il sera difficile de retenir les enfants longtemps dans l’enceinte de l’établissement qui, faut-il le préciser, n’a ni clôture, ni portail.