CAMEROUN :: «MARCHES BLANCHES» DU MRC : YAOUNDÉ ET DOUALA CALMES

Samedi dernier, les manifestations annoncées n’ont pas connu l’adhésion des populations qui ont vaqué à leurs occupations.

Samedi 1er juin. D’autres manifestations étaient programmées par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC). Ce parti les avait baptisées « Marches blanches ». Quelques jours auparavant, les autorités administratives les avaient pourtant interdites, arguant sur la préservation de la paix et les risques de troubles à l’ordre public. Malgré cela, quelques militants et sympathisants du parti ont maintenu le rendez-vous à Yaoundé et Douala.

A Yaoundé, tout était prévu pour 10h. Plus tôt dans la matinée, les forces de maintien de l’ordre se sont déployées sur les lieux et dans quelques grands carrefours de la capitale. Un dispositif sécuritaire dissuasif qui visait à contenir tout débordement. C’est ce qui arriva. A en croire les premiers témoins sur les lieux avant 10h, les premiers manifestants ont entamé le rassemblement au niveau du Marché central. Objectif, se diriger vers la Poste centrale. Ils ont été stoppés net entre l’Avenue Kennedy et la Cathédrale Notre Dame des Victoires. Les forces de maintien de l’ordre ont dû intervenir pour empêcher ce qui se préparait.

[InArticle]

Autour de 11h, le calme était revenu à cet endroit et la circulation, précédemment perturbée, est redevenue fluide. Jusqu’à la fin de la journée, aucune autre manifestation n’a eu lieu. A Douala, le scénario n’était pas très différent. Le jour-dit, de petits groupes de militants se voulaient sereins, affirmant que la marche aura bel et bien lieu. « Ce déploiement ne nous fera pas reculer. Camer.be. Nous allons les surprendre parce qu’ils ne connaissent pas le point de départ de la marche », lançait alors l’un des militants du MRC, comme pour délivrer un message d’encouragement aux autres. Toute la journée donc, les forces de l’ordre ont pris des dispositions pour prévenir tout mouvement. On attendait impatiemment de voir d’où allait partir la marche. En vain. Le temps va ainsi s’écouler, sans que rien ne vienne perturber son cours .