Cameroun – Maintenance: Eneo remplacera 65 000 poteaux bois d’ici décembre

Cette projection, et bien d’autres mesures notamment, visent à sécuriser les supports qui menacent la sécurité des personnes et des biens.

Energy of Cameroon (ENEO), le concessionnaire du service public d’électricité, dispose d’un parc d’1,2 million de poteaux bois mais avec un taux de défectuosité d’environ 35%. 237online.com Pour enrayer ce niveau d’anomalie alarmant, les responsables de la société en partenariat avec les pouvoirs publics ont pris un certain nombre de mesures. De manière concrète, la filiale camerounaise du fonds britannique ACTIS travaille sur plusieurs axes notamment l’accélération du remplacement des poteaux pourris. Environ 65 000 seront remplacés et réparés d’ici la fin de cette année, et 80 000 par an partir de 2017. ENEO compte par ailleurs répertorier et sécuriser les poteaux bois sont une menace pour la continuité du service électrique et la sécurité des personnes et des biens. Le but étant de maîtriser la situation d’ici cinq ans. « Avec les stratégies que nous sommes en train de mettre en place et les projections, on pense arriver

à moins de 20% de poteaux pourris d’ici 5 ans. Le vrai problème aujourd’hui c’est la qualité du poteau bois qu’on met sur le réseau. Si ce défi est relevé on aura maîtrisé la situation », a confié Michel Tsafack Metangmo, conseiller technique direction réseau de distribution ENEO. C’était le 20 juillet 2016 à Douala à l’issue d’une journée consacrée aux poteaux bois, organisée par le concessionnaire d’électricité. Autres pistes explorées par les acteurs du secteur c’est la réintroduction des supports composites, poteaux en matière plastiques dans des zones marécageuses et des poteaux bétons entre autres sur les réseaux de distribution avec l’aide des partenaires. Il n’est pas donc question de mettre fin à l’utilisation des poteaux bois en plus c’est le seul produit d’origine local qu’on utilise pour la construction du réseau électrique. « Pourquoi l’abandonner pour aller vers des produits importés ? Des poteaux de bonne qualité, on sait en faire. La preuve certains poteaux de la première génération sont encore debout », relève Michel Tsafack Metangmo. ENEO Cameroun n’est pas seule à analyser des forces et faiblesses du poteau bois. La Communauté urbaine de Douala (CUD), autre consommatrice de support principal des réseaux de distribution, l’utilise dans l’éclairage public. Elle entend réduire à la plus petite expression des échecs ou la rupture de fourniture de l’énergie électrique suite aux accidents dus aux malfaçons des poteaux bois. Mais comment ? En s’assurant que l’opérateur qui entretient son réseau d’éclairage public possède l’agrément d’ENEO, qui a accès à son réseau et son cahier de charge conforme aux exigences du concessionnaire. « Nous sommes réactifs sur le terrain ; lorsque nous rencontrons des poteaux qui sont tombés, nous le signalons au concessionnaire impliqué. Le délégué a par ailleurs mis en place une cellule de négligence urbaine laquelle permet à chaque agent de la CUD de signaler tout poteau déjà tordu », assure Jacques Moukouri, chargé d’étude à la direction d’entretien des infrastructures routières et de la mobilité à CUD. Et de préciser que la communauté ne produit pas des poteaux bois mais passe plutôt par des appels d’offre pour en avoir. Pour mémoire, ENEO a investi l’an dernier, 23 milliards FCFA dans le réseau de transport et de distribution de l’énergie électrique.