Cameroun : « Lydol » du slam

L’artiste de 23 ans a la tête pleine de rêves et d’ambitions. Talentueuse, elle travaille dur pour atteindre ses objectifs.

 

Pas besoin d’un manager quand on a la force de communication de Lydol. Pour la sortie sur toutes les plateformes de téléchargement légales de son premier single intitulé « D’un autre » le 15 juillet dernier, l’artiste spécialiste de slam a fait sa promotion comme une grande, avec beaucoup de zèle. Et c’est ce peps que les fans de Lydol (anagramme de Dolly), de plus en plus nombreux sur ses comptes de réseaux sociaux, aiment particulièrement chez elle. La joie de vivre communicative de Lydol n’est pas le seul ingrédient qui fait de la jeune slameuse, un attrait indéniable. Une voix grave et séductrice, pour porter avec passion des mots puissants, capables de bouleverser les consciences, de faire chavirer les préjugés bien établis. Dans les cœurs, les mots de Lydol, de son vrai nom Dolly Sorel Nwafo, toquent avec force et déchaînent la réflexion.

En mélodie ou en a cappella, elle dit l’amour, la solitude, l’envie et une multitude d’autres sentiments révélateurs, toujours dans un style et une originalité saisissants. A seulement 23 ans, Lydol a pour ambition majeure de faire apprécier, connaître le slam. Cet art particulier, elle l’inculque à plusieurs jeunes chaque année au gré de formations comme « Style haut à stylo », « Slam school party ». Depuis 2015, elle organise même le programme « Science Slam Cameroun », sous l’aile de l’Institut Goethe. La verve de Lydol se dresse dans son plaisir d’aborder tous les défis avec joie. En 2010, elle est en finale de la compétition nationale « Challenge Vacances » dans la catégorie slam. C’est le déclic. Ses performances deviennent fréquentes sur scène. Centre culturel camerounais, Goethe-Institut, Case des arts, Urban Village et Institut français, l’accueillent.

Lydol devient le porte-flambeau du slam à nombre d’occasions. Elle se rend en Angola dans le cadre de la rencontre panafricaine du Spoken Word Project. En 2014, elle représente le pays à Durban en Afrique du Sud lors de la 18e édition du Poetry Africa Festival. En 2016, elle apparaît sur petit écran, dans « L’Afrique a un incroyable talent » à Abidjan en Côte d’Ivoire, où elle est la seule à défendre le slam face au jury composé de musiciens de renom comme Angélique Kidjo, Claudia Tagbo et Fally Ipupa. Membre du « Collectif 237 Paroles », Lydol, titulaire d’un master II en sciences économiques option Ingénierie économique et financière obtenu à l’université de Yaoundé II, veut contribuer à l’émergence du slam, cet art qui fait son identité.