Cameroun : Lutte contre l’insécurité , l’armée se renforce

Plus de 7 000 postes viennent d’être ouverts à cet effet à l’issue de concours lancés par le MINDEF pour les armées et la gendarmerie nationale

Le Cameroun fait face depuis quelques années à des attaques des membres de la secte islamiste Boko Haram, dans sa partie septentrionale. A l’Est, ce sont les bandes armées venues de la République centrafricaine, pays en proie à une guerre civile, qui créent l’insécurité. À côté de cela, il faut ajouter la piraterie maritime dans le golfe de Guinée. Ces différents foyers d’insécurité viennent s’ajouter au grand banditisme auquel le pays fait face à l’intérieur, comme la plupart des Etats. Une situation qui, depuis lors n’a de cesse de tenir en alerte les forces de défense et de sécurité, et même les populations qui se sont regroupées dans le cadre des comités de vigilance pour apporter leur appui aux forces chargées de combattre ces différents ennemis. Des foyers de tension qui nécessitent des moyens matériels, financiers mais surtout humains conséquents pour la préservation de l’intégrité territoriale du pays. Une tâche à laquelle les différentes composantes de ces forces n’ont eu de cesse de s’atteler depuis. C’est dans ce registre qu’il faut ranger les différents recrutements au sein des forces de défense et de sécurité.
Le plus récent est la série de concours lancée il y a quelques jours par le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (MINDEF). Ainsi, pour les armées, sont ouverts, des postes d’élèves sous-officiers des armées (360) option service général, 40 sous-officiers des armées option santé militaire et un recrutement ordinaire de 4 600 recrues ordinaires pour le service général. Les secteurs militaires des lieux de résidence des candidats devant recevoir leurs actes de candidature.
Pour ce qui est de la gendarmerie nationale, 2 200 postes sont ouverts d’après le communiqué rendu public à cet effet par le MINDEF. On en dénombre 270 pour le compte des élèves sous-officiers de gendarmerie, 30 sous-officiers de gendarmerie option santé militaire et 1 900 élèves-gendarmes. Les postulants ont jusqu’au 4 août prochain pour faire acte de candidature dans les états-majors des légions de gendarmerie de leurs lieux de résidence. Il faut rappeler en la matière que le Cameroun compte onze légions de gendarmerie, soit une par chef-lieu de région et la dernière dans le département du Logone-et-Chari, créée par décret présidentiel le 14 août 2014. Les épreuves de recrutement quant à elles débutent le 28 août 2017 tant pour les armées que pour la gendarmerie nationale. Pour l’ensemble des forces (armées et gendarmerie), il s’agit de plus de 7 000 postes de recrutement ouverts. Sont concernés, les jeunes Camerounais des deux sexes. Il n’est pas inutile de rappeler que le recrutement annoncé de ces jeunes gens devrait intervenir après les 1 800 qui avaient rejoint les Bataillons d’intervention rapide (BIR) entre le 7 janvier et 16 février 2017.