Cameroun – lutte anti-terroriste: Des militaires français à Ngaoundéré

La guerre contre la nébuleuse Boko Haram s’allonge dans le temps.

Face à cette menace asymétrique, le besoin en formation  des militaires camerounais s’avère important. Les forces de défense camerounaises peuvent bénéficier au coté du partenaire historique la France d’une formation adéquate pouvant tenir en échec les combattants de la secte.
Selon le communiqué parvenu à notre rédaction en provenance de l’Ambassade de France au Cameroun, « Un détachement d’instruction opérationnelle composé de 18 militaires français séjourne à Ngaoundéré du 4 au 17 octobre 2015. Le rôle de ces instructeurs est de dispenser un ensemble de formations au profit d’unités spéciales camerounaises impliquées dans la lutte antiterroriste. Simultanément, une quarantaine de cadres militaires des forces armées camerounaises effectuent à Libreville auprès des Eléments français au Gabon des stages de formations dans les domaines du commandement de bataillon et d’aguerrissement au combat. Ces formations s’inscrivent dans le cadre de l’accord du 21 mai 2009 instituant un partenariat de défense entre le Cameroun et la France. L’ambassade de France réaffirme son soutien au Cameroun dans la lutte contre le terrorisme et salue le courage et la détermination des forces armées camerounaises engagées dans ce combat. »

Les raids de Boko Haram dans l’extrême nord du Cameroun sont de plus en plus fréquents et les attaques contre les forces armées ont fait plus d’une dizaine de morts ces derniers mois, ainsi que des attentats terroristes.
Le ministre de la Communication a exhorté la population à donner toute information susceptible d’aider les forces de défense et de sécurité à barrer la voie à Boko Haram. Face à cette menace, l’aide en formation française reste la bienvenue.