Cameroun – Livre. Un mariage qui dérange

Dans son roman paru en mars 2016, Luc Gaétan Félix Bengono Kono pose le problème des épousailles précoces et forcées.

 
Le récit est inspiré d’une histoire vraie. Celle de Balbine qui subit son mariage, survenu avant la fin de son enfance, comme une abominable punition. La jeune fille a vu sa destinée condamnée par une tradition inique où la cupidité et la gourmandise prennent des proportions alarmantes pour dicter aux hommes leur conduite. Devenue vieille, elle voit, impuissante, la même mésaventure arriver à sa petite-fille.  Cet événement permet à Balbine de regarder dans le rétroviseur pour faire la rétrospective de sa vie et celle des femmes de sa communauté. Elle relève que la cupidité continue de contraindre les filles à des mariages à but lucratif. Un mal qui entrave le véritable épanouissement des femmes.

« L’Abominable mariage de Balbine » est ce que l’on pourrait appeler un roman de mœurs sociales dont le thème général est le mariage : précoce, forcé, dénué de sentiment, guidé par la seule perspective du gain d’argent. Voilà donc l’abomination qui fait que cette femme pose un regard ahuri sur certaines traditions, us et coutumes de son village. Cette abomination ne peut connaître un terme qu’avec l’émancipation des femmes qu’elle appelle de tous ses vœux.

Ces sujets, on en parlera encore et toujours dans une Afrique qui semble avoir du mal à se départir de ses traditions et de ses préjugés d’un siècle révolu et où la femme peine toujours à se faire une place d’égale de l’homme. Mine inépuisable pour plusieurs auteurs contemporains d’origine africaine, le filon a à nouveau été exploité par Luc Gaétan Félix Bengono Kono, auteur camerounais. Et quoi de mieux que le roman pour véhiculer son message et exprimer sa prise de position face à ce qu’il convient de qualifier de fléau ?

Le mariage précoce est à l’origine de nombreuses déperditions scolaires féminines dans notre pays, les petites filles étant maintenues hors de l’école. De plus, ce n’est généralement pas le bonheur pour les victimes de ces pratiques. Les noces finissent souvent en drame. La physionomie de la fillette devenue mère à son corps défendant, ne pouvant bien conduire à terme une grossesse, l’accouchement se termine par une fistule obstétricale. Comme l’expliquent les spécialistes, ce mal qui est une communication anormale entre la vessie et le vagin, ou entre la vessie et le rectum, et qui se caractérise par une incontinence urinaire ou même d’excréments est favorisé par le jeune âge de la femme dont le développement insuffisant du bassin ne permet pas le passage aisé du nouveau-né lors de l’accouchement.

C’est dire si le roman de Luc Gaétan Félix Bengono Kono pose, même en filigrane, un ensemble de problèmes toujours d’actualité. Etalé sur 162 pages, l’ouvrage est écrit  dans un langage plutôt simple et accessible à tous. Ainsi que sur un ton fait d’un savant mélange d’humour et de colère, de compassion aussi. Il se lit facilement.