Cameroun – Lions Indomptables: Beaucoup de choses obscures selon Carlos Kameni

Idris Carlos Kameni, le gardien de buts de Malaga réagit à sa non convocation par Hugo Broos et parle de ses rapports avec les autres joueurs.

Hugo Broos, le sélectionneur des Lions Indomptables, avait déclaré lors d’une de ses sorties médiatiques qu’il vous appartenait de l’appeler au cas où vous voudriez revenir jouer pour l’équipe nationale. Une liste des joueurs a été publiée lundi en vue du match contre l’Algérie le 9 octobre prochain et votre nom n’y figure pas. Pourquoi refusez-vous de venir jouer avec l’équipe nationale ?
C’est désagréable d’avoir cette approche de prime abord. Je n’ai jamais refusé de venir jouer pour l’équipe nationale. Je voudrais éviter des déclarations pas correctes. Je suis habitué à ne pas réagir, à rester calme et ne pensez qu’à jouer au football et de toutes les façons, mon image a toujours pris un coup, parce que certaines personnes s’amusent à publier des informations qui ne sont pas correctes sur mon compte. 237online.com Le sélectionneur Hugo Broos vous a dit que les portes étaient ouvertes et qu’il attendait mon

coup de fil. Le Team manager, Alphone Tchami m’a fait savoir que j’allais être sélectionné pour les éliminatoires de la Coupe du Monde, donc pour ce match contre l’Algérie. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Je l’accepte sportivement. Ça veut dire que les gardiens de buts qui ont été convoqués sont sensés être les meilleurs par rapport à moi. Mais, il ne faut pas faire d’amalgame pour dire que Carlos Kameni ne veut pas jouer avec l’équipe nationale du Cameroun.

Quels sont vos rapports avec Hugo Broos et les autres membres du staff technique des Lions Indomptables ?
Le sélectionneur, lorsqu’il prenait fonction, m’avait passé plusieurs coups de fils pour me dire qu’il était content de travailler avec moi ; qu’il voulait s’appuyer sur moi et certains cadres pour pouvoir maintenir ce groupe en bonne et due forme. Je lui avais marqué mon accord total et toute ma collaboration dans ce sens. Quand je me suis blessé, j’ai reçu plusieurs coups de fils de lui et de son adjoint. Et après vous avez vu ce qui s’est passé en France et à partir de là, il n’y a plus eu d’échange. Le seul contact que j’avais était celui d’Alphonse Tchami. Tout était correct. Mais, je me rends compte à la fin qu’il y a beaucoup de choses obscures. C’est déplorable qu’en voulant progresser, avancer qu’on se retrouve à ne pas avoir des attitudes professionnelles. C’est quand même le Cameroun. On a franchi un palier et il ne faut pas revenir en arrière. C’est où nous en sommes pour le moment. Je pense que les choses sont tellement claires aujourd’hui de savoir que certaines choses sont dites et ne sont pas respectées.

Hugo Broos attend votre coup de fil le rassurant que vous êtes prêt pour vous convoquer. Pourquoi ne l’appelez-vous pas aussi ?
Je pense qu’il faut être raisonnable. Quand le coach a confectionné sa liste, tous les 23 joueurs ne lui ont pas passé un coup de fil. Dans la mesure où ils sont sélectionnables, c’est à lui de faire ses choix. Je ne pense pas une seule fois avoir appelé le coach pour lui dire que je n’étais plus sélectionnable , et qu’aujourd’hui, je doit l’appeler pour lui dire que je le suis et que je peux à nouveau être appelé ; Mettons les choses à leur place. 237online.com Il a pensé avoir pris les meilleurs qui sont aptes à répondre présents, à défendre les couleurs du pays. Il n’attend pas les coups de fils des joueurs lui signifiant qu’ils sont prêts. Ne faisons pas les choses à l’envers. Il sait pourquoi il le dit. Ils savent à quoi ils jouent. Je suis Camerounais. Je suis né Camerounais. Je resterai Camerounais. Ils viendront et passeront et nous resterons avec notre nation. Il ne faut pas qu’ils se foutent de la gueule du monde et qu’ils nous fassent passer pour des gens qui n’aiment pas leur patrie.

Hugo Broos et vous, êtes en bons termes au début et entre-temps un ressort s’est cassé entre vous. Est-ce que tout ce qui se passe ne vous fait pas réfléchir sur votre avenir international ?
Ça ne me fait pas réfléchir autrement. J’ai ma nation et la patrie dans le sang et personne ne m’enlèvera cela. Tant que je prendrai du plaisir, que je pourrai offrir ce que Dieu m’a donné comme talent pour le mettre au service de mon pays, je le ferai avec grand plaisir. Personne ne m’empêchera de le faire ; sauf quand le Seigneur décidera de tout arrêter. Et comme le disais quelqu’un, personne n’a un titre foncier à l’équipe nationale. On passera tous et on souhaite que derrière, il y ait des jeunes avec beaucoup de talents qui puissent nous remplaces de fort et belle manière. J’ai 16 ans au sein de cette équipe nationale du Cameroun et j’en ai vu passer. Nous passerons tous. Mais, il faut que tout se passe selon les règles de l’art. Ne pas amener des gens à se comporter autrement. Je dois vous dire que personne ne m’amènera à prendre une décision qui n’est pas logique, qui n’est pas mienne. Tant que je peux, je défendrai corps et âme, jusqu’à la dernière goutte de sang, les couleurs de mon pays.

Vous voulez dire que si Hugo Broos fait appel à vous à tout moment vous allez déférer à sa convocation ?
Si je suis appelé à défendre les couleurs de mon pays et que je me sens bien, je le ferai sans hésitation.

On a dit à un moment que vous étiez en froid avec les jeunes gardiens de buts qui sont là, Ondoa et Onana. Quels sont vos rapports avec eux ?
Il ne faut pas créer la polémique là où elle n’existe pas. Ce sont mes protégés. Ce sont des enfants que j’adore et que je ne cesse de conseiller quand je peux. On s’entend très bien. Quand je constate qu’il y a quelque chose de pas correct, je leur passe des coups de fils et on échange, on discute. Ils ont une très grosse marge de progression, beaucoup de talent et ils ont besoin de continuer à travailler et être bien entourés, bien protégés, pour devenir des gardiens aguerris et représenter valablement non seulement les couleurs de leurs clubs, mais aussi celles de l’équipe nationale.

Quel message transmettez-vous à ces joueurs qui ont été appelés pour affronter l’Algérie ?
Je vous remercie pour cet entretien qui permet d’avancer sans zone d’ombre. Je remercie aussi le peuple camerounais qui m’a toujours soutenu. Ils ne joueront pas sans moi. Je les porte à cœur. Je les suis et je les soutiens, comme ça toujours été le cas et je leur souhaite une très bonne préparation, beaucoup de courage, surtout beaucoup de tranquillité. 237online.com Il n’y a aucune pression supplémentaire à se faire ; le match sera important, on le sait. Mais, ils ont du talent, des capacités et de la qualité pour pouvoir gagner ce match et je suis sûr qu’ils feront un très grand match. je
leur souhaite bonne chance et que le Seigneur leur accorde toute sa bénédiction.