Cameroun – LFPC: Pierre Semengue sanctionne des arbitres

La décision du président de la Ligue de football est tombée 24 heures après le match qui s’est déroulé mercredi 06 juillet 2016 comptant pour la 25e journée de la ligue.

L’arbitre central Luc Nseng et son second assistant olivier Enow ont été frappés d’une exclusion par le président de la Ligue de football professionnel (LFPC), Pierre Semengue. Ils n’abitreront plus de match jusqu’à la fin de la saison. 237online.com Ils ont été accusés de manquements à l’éthique. Selon le document rendu public par la LFPC, ladite sanction est réputée conservatoire. C’est lors de la 25e journée du championnat que l’incident s’est produit. Notamment, au cours du match qui opposait Union de Douala à Young Sport Academy (YOSA) au stade de la Réunification de Douala. Selon les faits rapportés par la LFPC, tout est parti d’une manipulation. Le match qui s’est soldé par une victoire de l’Union de Douala 1 but à zéro face à YOSA aurait pu se terminer autrement. Car les faits rapportent que l’arbitre aurait décidé d’annuler le but de YOSA en signalant un hors-jeu. L’équipe et

ses supporteurs n’ayant pas pu accepter la décision arbitrale ont manifesté leur mécontentement dans l’arène. Déjà au mois de juin 2016, Pierre Semengue avait déclaré la guerre aux arbitres qui ne respectent pas l’éthique du métier. Le président de la Ligue de football avait convoqué les hommes en noir pour une réunion de mise en garde au siège de la LFPC. Corruption, partialité, médiocrité et baisse de niveau des arbitres sont les maux qui ont été décriés au cours de cette séance. Pendant cette rencontre, Pierre Semengue avait souligné : « Nous serons extrêmement sévères avec les arbitres qui seront coupables d’écart de conduite ». Et, avec un sifflet à la bouche, Thérèse Manguelé, secrétaire générale de la Ligue de football l’avait répercuté aux arbitres : « L’équité et l’objectivité sont en train de disparaître de nos compétitions, pour laisser place à l’iniquité, la suspicion, les passedroits et toutes sortes de comportements contraires à l’éthique », avait-elle martelé. Par la même occasion, elle avait souligné que « les arbitres étaient un maillon essentiel pour une entreprise de crédibilisation de nos compétitions, au travers de leurs prestations quotidiennes. 237online.com Ces prestations doivent être exemptes de tout reproche, dans la mesure où les arbitres ont pour rôle de veiller au respect strict des lois du jeu, de faire valoir l’objectivité et l’équité. Si en dehors de quelques cas isolés, la phase aller des championnats Ligue 1 et Ligue 2 s’est déroulée de manière satisfaisante, les évènements produits au cours du match entre YOSA et Union de Douala sont un exemple qui fait craindre une perversion totale des résultats de nos compétitions». Ce n’est pas la première fois que la ligue professionnelle prend des décisions allant jusqu’à la suspension des arbitres. En juin 2016, le rapporteur de la commission des arbitres avait été suspendu de ses fonctions pour une durée de trois mois.