CAMEROUN :: LETTRE DE VIVIANE DAYO À S.E. MAURICE KAMTO

Mr. Le Président, Votre bonté de cœur m’a permis de vous connaître. Votre compétence m’a motivé à chercher plus tous les jours. Votre intelligence m’a rappelé qu’au Cameroun on est capable. Votre persévérance et votre perspicacité m’ont appris la résistance.

Seulement…

Je n’ai pas eu la chance de lutter à vos côtés car je fais partie des personnes dont les
conditions de vies ont poussées à quitter notre terre ancestrale.
Je n’ai pas eu la chance d’assister à votre libération historique et royale, car je pense que le
régime illégitime a la diaspora dans son œilleton.

Mais…
J’ai eu la chance de connaître votre plan politique.
J’ai eu la chance, avec vous, de rêver d’un Cameroun meilleur.
J’ai eu la chance d’écouter vos belles paroles, telles celles d’un vrai leader.
J’ai eu la chance d’entendre vos paroles, telles celles de mon bien-aimé et défunt Papa
M. Kamsseu Fotso, me rassurant [— N’aie crainte ma fille chérie, je suis là — ] J’ai eu la chance M. Le Président de me battre – à mon niveau – pour votre libération.

Car…
J’ai le sentiment qu’avec vous rien ne sera jamais plus comme avant.
J’ai le sentiment qu’avec vous le Cameroun s’élèvera très haut.
J’ai le sentiment qu’avec vous, tous les enfants de la Nation, perdus de part le monde
retrouveront le chemin de la maison.
J’ai le sentiment que vous êtes le Paternel dont le peuple Camerounais, meurtri, a besoin.

Vous…
M’avez redonné le goût d’être moi.
M’avez redonné le goût de la maison.
M’avez redonné le goût de ma terre Mère
M’avez redonné la fierté d’être ce que je suis.

Moi…
Je prônerai toujours la paix tel vous nous l’avez appris.
Je lutterai toujours pour le changement dans notre pays.
Je mettrai mes compétences à disposition pour l’évolution.
Je vous envoi toute l’énergie positive dont vous avez besoin.
J’implore les ancêtres de vous apporter toutes leurs bénédictions.

Dès votre sortie…
Vous nous avez témoigné votre amour tel un vrai Père.
Vous nous avez dit:
« JE VOUS AIME  »
Mon défunt Père est la dernière personne en qui j’ai entendu ces douces paroles.
Oui, il les disaient à ses enfants, et cela faisait naître en nous une confiance et un amour
incommensurable.

À mon tour M. Le président, je vous dit :
« JE VOUS AIME  »
Dans la paix,
Dans la patrie,
Dans la bienveillance,
Dans l’univers qui nous fait UN,
Inconditionnellement.