Cameroun: Les organes dirigeants du projet du barrage de Chollet mis en place

C’était vendredi dernier à Yaoundé, lors d’une séance de travail co-présidée par les ministres camerounais de l’Eau et de l’énergie et celui congolais de l’Energie et de l’hydraulique.
L’ambitieux projet d’interconnexion énergétique entre le Cameroun et la République du Congo se met en place petit à petit. Le projet de construction conjointe de l’aménagement hydroélectrique de Chollet, puis qu’il s’agit de lui, d’une capacité de 600 MW de puissance installée entre les deux pays a enregistré des avancées notoires, la semaine dernière, au cours d’une visite de travail effectuée au Cameroun par une délégation de la République du Congo, conduite par son ministre de l’Energie et de l’hydraulique, Henri Ossebi. Cette visite de travail avait pour finalité d’examiner le chronogramme actualisé des activités de mise en œuvre de ce projet, les options de financement des études de ce projet, ce, après la signature des actes de nomination de ses organes dirigeants.
Au cours d’une séance de travail tenue vendredi dernier dans la salle des conférences du ministère camerounais de l’Eau et de l’énergie, regroupant les experts des deux pays et co-présidée par le ministre camerounais de l’Eau et de l’énergie, Basile Atangana Kouna et son homologue congolais de l’Energie et de l’hydraulique, Henri Ossebi, les organes dirigeants de ce projet ont été mis en place. A travers notamment la signature de la décision constatant la composition du Comité inter-Etats de pilotage du projet de réalisation de la centrale hydroélectrique de Chollet et des lignes électriques associées. Mais également, la signature de la décision portant désignation conjointe du directeur et du directeur adjoint du projet, bien que leurs noms n’aient pas été communiqués. De même que l’adoption du relevé des conclusions reprenant les sujets abordés et les principales conclusions auxquelles les parties sont parvenues.
Autres sujets abordés au cours de cette séance de travail, un point a été fait sur la mise en œuvre du projet, ainsi que la mise en place des organes de gestion du projet, la préparation de la mise en œuvre du budget spécial pour le fonctionnement des organes du projet a été amorcée, et le chronogramme du projet mis à jour. La partie congolaise qui devra abriter les locaux du siège de ce projet a réaffirmé son engagement à prendre les dispositions utiles, et ce dans les meilleurs délais, pour mettre ceux-ci à la disposition du projet. Et enfin, comme le précise le communiqué conjoint signé par les deux parties au terme de cette séance de travail, leur volonté de faire avancer ce projet avec diligence a été réaffirmée. Et, les deux parties ont enfin convenu de se retrouver au mois de janvier 2016 à Brazzaville, pour évaluer l’état d’avancement de ce projet.