Cameroun : le Cnc s’oppose à la réouverture de la chaîne de télé Afrique Média

Au Cameroun, le quotidien « Le Jour » annonce un « bras de fer » entre le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, et le vice-président du Conseil national de la communication, Peter Essoka, qui dirige cet organe de régulation depuis la mort de son président.

Peter Essoka se veut clair sur la suspension de la chaîne Afrique Média : « Le ministre de la Communication n’a aucune autorité sur le Cnc parce que nous sommes un organe indépendant…Le Cnc n’a pas levé les sanctions d’Afrique Média, donc elle reste fermée. ».

Interrogé par « Le Jour », Peter Essoka réagissait ainsi à la correspondance à lui adressée le 2 octobre 2015 par Issa Tchiroma qui demande de lever la suspension d’un mois qui avait été prononcée contre Afrique Média. Les bureaux de la chaîne ont été mis sous scellés depuis le 6 août à Yaoundé. A en croire le ministre de la Communication, la sanction expiré le 6 septembre.

Pourtant, la suspension d’Afrique Média n’a jamais été effective sur le territoire camerounais. Suspendue depuis le 4 juin, la chaîne ne s’est jamais exécutée et a même saisi le juge administratif contre la décision du Cnc. Deux mois plus tard, les scellés ont été apposés de force sur ses locaux à Douala et Yaoundé par l’autorité administrative. Mais Afrique Média a délocalisé au Tchad et en Guinée Equatoriale. La chaîne est toujours reçue au Cameroun.

« Nous avons demandé aux télé-distributeurs d’enlever Afrique Média de leur bouquet, certains l’ont fait mais d’autres non. La chaîne émettait toujours dans certaines villes du pays. Ceci veut dire que les sanctions n’on pas totalement été respectées. Il revient donc au Cnc et non au Mincom de décider du sort d’Afrique Média », déclare Peter Essoka. Il estime par ailleurs que la demande publique faite par le ministre de la Communication est une « violation de l’autorité du Cnc ».