Cameroun : La rentabilité de la CAN féminine 2016 en débat

A quelques trois mois du lancement officiel de la 10e édition de la Coupe d’Afrique des Nations de football féminine 2016, la question de la rentabilité d’un tel évènement pour le Cameroun est de plus en plus évoquée par plusieurs observateurs. Au vu de la consistance du cahier de charge de l’organisation qu’à remis au gouvernement camerounais la CAF, l’organisation de cet évènement représente un véritable pôle de dépense.

 

Au niveau des transports, les déplacements des officiels sera essentiellement à la charge du Cameroun : «le pays organisateur est responsable de l’achat des billets d’avion des officiels de la CAF, des délégations sportives et des arbitres; la CAF recommande que les déplacements des officiels de la CAF et les  délégations sportives entre les villes qui abriteront le tournoi s’effectuent par vols spéciaux plutôt que par vols commerciaux», précise le cahier des charges de l’organisation de la CAF.

 

Idem pour ce qui est de la rémunération des officiels, ainsi que les indemnités qu’ils devront percevoir : « Les officiels de la CAF et les arbitres bénéficierontd’une indemnité journalièrede 100 dollars (environ 50 000 FCFA) àla charge du pays organisateur. Cetteindemnité journalière sera payée pour ladurée de leur séjour ; à partir de la datedu départ de leur pays jusqu’à la date deleur retour. Un montant journalier seraalloué par le pays organisateur auxmembres de la CAF pour les frais de restauration.Les paiements doivent se faireau taux officiel de change du jour. Ilssont effectués sans restriction ni taxesspéciales», ajoute la CAF.

 

Pour l’instant, le Comité local d’organisation doit encore faire valider son budget auprès de la CAF. Mais déjà, certaines sources internes avancent un montant de 500 milliards de FCFA. Une somme qui fait froid dans le dos, surtout lorsqu’on sait qu’aucun plan de rentabilisation viable de l’évènement n’a jusqu’ici été proposé.