Cameroun: la Marine nationale saisi un pétrolier à Limbé (Sud-Ouest)

C’est la compagnie propriétaire de l’engin qui la fait savoir ce 3 février par un communiqué.

Au centre de cette affaire, un différend commercial entre un homme d’affaires camerounais et une compagnie maritime originaire de Singapour qui aurait donné lieu à la séquestration de 26 marins par des soldats camerounais. Le navire est celui de Eastern Pacific Shipping en abrégé ‘’EPS’’ est une grande compagnie spécialisée dans le transport maritime.

Elle a publié un communique pour le faire savoir tout en dénonçant les commanditaires. Il ressort du communique que le navire a été saisi par des hommes armés de mitraillettes à Limbe dans la région du Sud-Ouest, plus précisément a la raffinerie de la SONARA.

Selon elle, les hommes en question seraient des soldats de la Marine nationale camerounaise. La saisie illégale faite par Dsc Marine un affréteur local et les forces militaires camerounaises armées a été faite lors de l’exécution des opérations de déchargement standard sur son Aframax M/T Merents a la raffinerie de la SONARA.

Eastern Pacific Shipping signale que le propriétaire de DSC Marine, le camerounais Jules Francois Famawa a fait usage des moyens illégitimes pour saisir le navire dans le but de le contraindre à rançonner ses propriétaires, c’est la une violation flagrante du droit camerounais et du droit international en matière de transaction.

EPS condamne cet acte d’agression non provoquée et demande instamment au gouvernement camerounais de contraindre ses forces de sécurité à libérer immédiatement et en toute sécurité le navire et les 26 membres de l’équipage à bord, conformément au droit international. On apprend également que les marins séquestrés sont d’origine turque, chinoise, indienne, ukrainienne et Philippine.

La compagnie assure cependant œuvrer à libérer ces marins et qu’aux dernières nouvelles, il n’y aurait aucun blessé physique dans le groupe. On espère une issue favorable à la résolution de ce différend, mais pour le moment l’armée camerounaise n’a donné aucune réponse sur l’incident.

Par Salma Amadore | Actucameroun.com