Cameroun : la faculté de génie industriel de Douala forme-t-elle de vrais ingénieurs ?

L’Ordre national des ingénieurs en génie civil (ONIGC) accuse la faculté de génie industriel (FGI) de Douala de ne pas disposer de l’équipement adéquat pour former correctement ses étudiants. Mais pour son doyen, ces allégations sont loin d’être légitimes.

Depuis début mars, l’université de Douala voit sa crédibilité remise en cause. La faculté de génie industriel (FGI) de l’université publique camerounaise est accusée par l’Ordre national des ingénieurs en génie civil (ONIGC) de ne pas former de véritables ingénieurs. Ce dernier a par conséquent retiré l’autorisation d’exercer à 15 diplômés de l’établissement. Le différend a pris une telle ampleur à Douala, qu’il finit par remettre en question l’ensemble du système de contrôle de la qualité de ces formations dans le pays.

Autorisation

Tout débute en 2014, lorsque, fraîchement diplômée, la première promotion de la FGI décide de s’inscrire au tableau de l’Ordre des ingénieurs en génie civil, une reconnaissance délivrée par l’organisme – sur mandat du ministère de l’Enseignement Supérieur – qui leur permettrait de travailler sur des commandes publiques.

« À l’époque, nous n’avions pas été informés de la création de cet établissement, malgré son caractère public », explique Kizito Ngoa, président de l’ONIGC. À ce moment, l’ONIGC décide d’attribuer un accord provisoire aux jeunes ingénieurs en attendant un complément d’information venant de la faculté.

École d’ingénieurs ou faculté ?

« Les retours apportés n’ont pas été satisfaisants. Nous avons constaté des irrégularités sur la forme juridique de la FGI : elle ne se déclare pas précisément comme une école d’ingénieurs et délivre des diplômes dont la mention [ingénieur industriel, spécialité génie civil, NDLR] n’existe nulle part et n’est formellement pas possible », explique Kizito Ngoa. Selon lui, un ingénieur ne peut être à la fois spécialisé en génie industriel, une expertise qui se consacre à l’optimisation des performances globales d’une entreprise et en génie civil, qui concerne la conception et la construction d’infrastructure techniques.

Mais Robert Nzengwa, doyen de la FGI, rejette en bloc cet argument : « Cet organisme [l’ONIGC, Ndlr] refuse de voir que les choses ont changé, qu’il n’y a pas que les écoles d’ingénieurs qui délivrent des diplômes d’ingénieurs. Prenez l’exemple des États-Unis, des milliers d’ingénieurs y sont formés et aucun ne sort d’une école d’ingénieurs à proprement parler », souligne-t-il.

Manque de moyens ?

Dans les conclusions de leur audit, les équipes de l’ONIGC notent également que la faculté ne dispose pas du matériel nécessaire au bon apprentissage des étudiants et que l’effectif enseignant est insuffisamment qualifié.

Un argument botté en touche par Dieudonné Ekouta, enseignant vacataire à la FGI : « J’ai été moi-même formé à l’école polytechnique de Yaoundé, mes collègues sont ingénieurs des mines ou des ponts de Paris, le niveau de l’enseignement n’est donc pas un problème », assure-t-il. Il reconnaît néanmoins devoir se déplacer avec sa classe dans des écoles voisines pour profiter de leurs laboratoires lors des séances de travaux pratiques. « Mais l’école a récemment décroché un financement qui servira à mieux équiper les laboratoires », rassure-t-il.

Interdiction d’exercer ?

Faisant fi de cette défense, l’ONIGC décide en octobre 2016 d’exclure du tableau de l’Ordre national des ingénieurs en génie civil, les 15 premiers diplômés de la Faculté de génie industriel de Douala et plusieurs centaines de diplômés d’autres établissements. Une punition qui n’empêche pas ces derniers d’exercer en tant qu’ingénieur industriel dans le secteur privé : « Ces étudiants, je les connais puisque je les ai formés. Ils sont déçus parce qu’ils ne peuvent plus travailler dans des entreprises dont les clients sont des organismes publics. Mais cela ne les empêche pas du tout d’être ingénieur civil pour le secteur privé », rappelle Robert Nzengwa.

Un débat qui prend de l’ampleur

Quelques mois avant l’exclusion d’ingénieurs, en janvier 2016, l’organisme, qui a fait remonter pendant l’audit de la FGI ses observations au ministère de l’Enseignement Supérieur, a été mandaté par celui-ci pour rédiger un rapport sur la qualité des formations d’ingénieurs camerounaises. Une version provisoire a été présentée au ministre par Kizito Ngoa fin 2017 : « Aujourd’hui, la balle est dans leur camps, avance-t-il, dans un premier temps il a été convenu de développer un cadre de concertation afin d’améliorer le dispositif de formation initiale des ingénieurs et permettre ainsi leur admission à l’Ordre ». À terme, l’ONIGC souhaiterait créer une Commission d’accréditation des écoles d’ingénieurs. Une idée parmi ses nombreuses recommandations pour l’amélioration de la qualité des formations d’ingénieurs au Cameroun.