CAMEROUN, JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA FEMME : RENCONTRE AVEC MAMY MAKALA DE YAOUNDÉ MENDONG

Dans le cadre de la journée internationale dédiée à la femme, en ce 8 mars 2019, camer.be a décidé d’aller à la rencontre d’une des plus illustres vendeuses de Beignets-Haricots du quartier Mendong dans l’arrondissement de Yaoundé VIeme. Par cette rencontre de cette brave dame plus connue sous le nom de Mamy Makala, nous avons voulu rendre un vibrant hommage à cette femme, tout comme des milliers d’entre elles qui, à travers leur passion font vivre décemment leur famille. Rencontre.

Bonjour madame, pouvez-vous nous dire qui est Mamy Makala ?

Bonjour à Camer.be, merci de venir vers moi. Ceci est la preuve que certains de vos lecteurs, peut être mes clients ou anciens clients s’intéressent à ce que je fait depuis bientôt plus de 25 ans. Je m’appelle Suzie Djomo, j’ai 52 ans et je suis mère de trois garçons et trois filles . Je réside à Yaoundé et plus précisement à Mendong non loin du lieu dit , ancien dépôt Guiness

Pourquoi vos clients vous appellent Mamy Makala ?

C’est vrai que depuis des années, on m’appelle Mamy makala. Peut être parceque je vend les beignets et ses compliments.

Mamy Makala, est-ce que vous pouvez nous raconter vos débuts ?

D’abord, je dirais que comme ma maman, j’ai été toujours une femme serviable et travailleuse. Au début, je vendais les arachides grillés ici. Le quartier n’était pas encore bien développé. Au début des années 90, chaque matin, les passants me demandaient où ils pouvaient trouver un “beignetariat”, une personne qui vend les beignets. C’est comme ça que j’ai eu l’idée de vendre les beignets accompagnés du haricot et plus tard, de la bouillie et du poisson. C’était difficile car, j’avais au début 10 plats et avec l’affluence de la clientèle, j’étais obligé de multiplier par dix mon stock de plat. Il fallait dormir tard car, je me devais de tremper la farine et me réveiller vers 5 h pour tout apprêter. Au fil des ans, j’ai pris goût et voila….

Quelles sont les difficultés liés à votre métier ?

[InArticle]

Comme dans tout métier, les difficultés ne manquent pas. L’on se couche tard et se réveille tôt. Il faut toujours se faire épauler soit par ses enfants, soit par son époux pour maintenir le cap. Au début, mamy Makala livrait les beignets à crédit. Après, j’ai compris qu’il fallait être ferme. Je compte pas le nombre des clients malhonnêtes etc. Mais, aujourd’hui, je sais comment m’en prendre face aux clients malhonnêtes.

Combien coûte un plat de beignet , haricot accompagné de la bouillie ?

Les prix ne sont pas standards. Avec 100 frs Cfa, 200, 300, 500 voire plus, chacun est servi. Si l’on ajoute le poisson, du jus, le prix tiendra compte de ces ajouts. Sinon, ici chez moi, toutes les bourses sont servies.

Une idée sur votre recette journalière ?

Bien que je soit pas une entreprise qui emploi des salariés, mes recettes me suffisent. Sinon, il y a des jours où je retourne à la maison avec au moins 50 000 frs Cfa de recettes ou même plus.

Si vous avez des conseils à prodiguer à ceux ou celles qui veulent s’investir dans ce que vous faites, que leur diriez vous ?

Le travail, la volonté et la détermination. Voilà mes maîtres mots. Il faut aimer ce que l’on fait et croire en ses capacités.

08mars