CAMEROUN :: JOHN FRU NDI VICTIME EXPIATOIRE DE LA CRISE ANGLOPHONE

Le président de SDF, principal parti de l’opposition a été a passé près de 6 heures avec les sécessionnistes des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. S’est il agi d’un rapt, un enlèvement, une escale ou une simple invitation au dialogue. Le sujet a soulevé les passions, la toile s’est embrasée.

Et puis, il ya eu cette réaction musclée du vice président du parti, candidat à la présidentielle d’octobre 2018, sous forme de communiqué de presse.

Joshua Osih s’en ai pris tout azimut à la presse et au pouvoir de Yaoundé. Il a exprimé son dépit face aux « officines hideuses » qui ont instrumentalisé et banalisé le kidnapping de chairman John Fru Ndi en ce moment hautement sensible ou le Cameroun est en proie aux velléités sécessionnistes dont le compteur enregistre plusieurs mots, des dégâts matériels et une dégradation du tissus social dans la région. Une interpellation a été faite au régime de Yaoundé : combien faut il de morts pour qu’enfin une solution de dialogue soit implémentée ?

Dans des conditions ou, selon le sdf « les deux régions du Nord-ouest et du Sud-ouest sont pratiquement hors de contrôle du gouvernement » La zone est sous le contrôle des « forces sécessionnistes, des bandits de grand chemin et des milices installées par des pontes du régime ». Des déclarations fortes qui ont fait dire à une certaine opinion que le pseudo enlèvement de Fru Ndi n’était qu’une mise en scène. Joshua Osih est monté au créneau pour dénoncer « ces journaux achetés et montés pour verser dans le dénigrement »

Cinq jours après, le presse persiste dans ce qu’elle qualifie de campagne pour une naissance de Social Democratic Front (SDF) qui a perdu des suffrages populaires pendant au cours de la dernière élection présidentielle.

Pour Tribune d’Afrique, un journal paraissant à Yaoundé « Fru Ndi et l’habitude de la duplicité » Samedi 27 avril 2019, la nouvelle de l’enlèvement de Ni John Fru Ndi à l’effet d’une trainée de poudre. La toile s’emballe et après un moment de flottement, l’entourage du Chairman annonce sa relaxe.

Les obsèques du député Sdf Joseph Banadzen viennent d’être perturbés par ce qui apparaît dd toute évidence comme un autre coup fourré d’un Chairman pressé de rebondir sur la scène politique.