Cameroun – Jean-Jacques Etame (président de la Diaspora des rugbymen camerounais): «trouver des solutions à la crise qui frappe notre fédération»

Du 09 au 11 juin 2017, les joueurs de rugby camerounais établis à l’étranger se sont retrouvés à Captieux à l’occasion du tournoi que cette localité française accueille chaque année. Ils ne se sont pas contentés de livrer des matches et festoyer. Ils ont aussi réfléchi sur la situation du rugby dans leur pays et se sont organisés pour trouver des solutions à leurs problèmes. Jean-Jacques Patience Etame Ndengue, le président de la Diaspora des rugbymen camerounais, le collectif qui les regroupe, parle de leurs prochaines actions. Interview.

Qu’est-ce qui a motivé la rencontre des rugbymen camerounais établis à l’étranger le 10 juin 2017 à Captieux en France ?

C’est notre participation à la 24ème édition du tournoi « Rugby y Toro », qui nous a permis de nous retrouver dans cette ville française. La Diaspora des Rugbymen Camerounais avait arrêté une liste de 23 joueurs pour composer une équipe de rugby à XV et une liste de 20 joueurs pour composer 2 équipes de rugby à 5 (moins de 35 ans et plus de 35 ans). Cela été un privilège pour nous et un immense honneur d’être conviés à cet événement prestigieux et très important dans le sud de la France. Cela nous a permis de continuer à contribuer à la promotion du rugby Camerounais en Europe. C’est à Captieux que se marie le mieux, chaque année depuis 1993, fin mai début juin, une passion qui anime l’Aquitaine : le rugby. On y célèbre le sport, l’art, la fête, les traditions et la convivialité au cours de 3 jours. Nous avons assisté au « Défi Gascon », participé au tournoi de rugby à 5, au match de gala de rugby du samedi 10 Juin. Nous avons remporté le match de gala de la catégorie rugby à XV devant la sélection de Gascogne sur le score de 19 – 27. Sachez pour finir que Captieux est le rendez-vous festif incontournable du ballon ovale.

 

Vous ne vous êtes pas contenté de jouer…

Oui nous avons souhaité faire de cette 24ème édition du tournoi de Captieux, un véritable événement pour notre association et pérenniser le travail accompli par nos prédécesseurs. Nous avons compté sur la participation d’une cinquantaine de membres pour contribuer au renforcement des liens d’amitié qui nous unissent depuis longtemps. Nous avons profité de ce rassemblement pour tenir notre assemblée générale annuelle. Car, ce moment privilégié a permis de faire le point sur les actions menées et d’envisager les projets futurs en faveur du Cameroun. Notre assemblée générale annuelle a eu lieu le 10 Juin 2017 à 14 heures dans la salle de cinéma de la ville de Captieux. Au cours de cette réunion, les nouveaux membres de la diaspora des rugbymen camerounais et les rapports moral et financier ont été présentés. Il y avait aussi un rapport sur les activités écoulées et la situation du rugby camerounais. Des résolutions ont été prises. L’information importante de cette assemblée générale concernant le rugby au Cameroun, est la mise en place par le bureau de la Diaspora des rugbymen camerounais d’une commission sportive. La Diaspora des Rugbymen Camerounais qui s’inquiète plus que jamais du devenir du rugby Camerounais. Nous avons décidé d’agir et de passer à l’action en mettant en place une commission sportive qui privilégiera l’apaisement et le dialogue avec l’actuel président de la Fédération Camerounaise de rugby et Rugby Afrique, en vue de trouver des solutions à la crise qui frappe notre fédération depuis quelques années.

Qu’allez-vous faire concrètement ?

Nous solliciterons nous-mêmes une dizaine de personnes compétentes et disponibles parmi nos membres, ceci afin de bien s’organiser autour de cette commission qui sera autonome pour entamer les différentes démarches. Notre initiative consiste à réunir toute la famille du rugby Camerounais, je dis bien tout le monde sans exception, anciens joueurs, anciens dirigeants, des bienfaiteurs proches des clubs et/ou de la fédération, tous sont invités à prendre part directement ou indirectement à l’apaisement, au dialogue et au travail collectif, car l’urgence est de sauver le rugby Camerounais en préparant un projet sportif solide pour la reprise du championnat et des sélections nationales, à savoir une restructuration profonde. La réussite de notre Fédération de rugby appartient à tout le monde. C’est au travail d’équipe qu’en revient le mérite. Aucun d’entre nous n’est plus intelligent que l’ensemble d’entre nous. Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble. Comme disait un sélectionneur français du nom d’Aimé Jacquet « le travail individuel permet de gagner un match, mais c’est l’esprit d’équipe et l’intelligence collective qui permet de gagner la coupe du monde ». Construisons ensemble le rugby camerounais.

Et vous monsieur le président, que devenez-vous ? Etes-vous toujours sur les terrains ?

J’ai arrêté le rugby pour entraîner et continuer à passer mes diplômes d’entraîneur de rugby et de handisport.