Cameroun – Interview – Célestin Djamen: «Le texte qui peut changer ou maintenir la pénible condition de vie actuelle des camerounais, c’est le CODE ELECTORAL»

Dans un entretien accordé à Cameroon-info.net, le Secrétaire National aux Droits de l’Homme du Social Democratic Front (SDF) présente les grandes lignes de son projet « Code électoral pour tous » et appelle les camerounais à s’approprier cette initiative.

En quoi  consiste l’opération « Code électoral pour tous »?

L’opération « CODE ÉLECTORAL POUR TOUS » consiste tout simplement à rappeler à la conscience de mes concitoyens que le texte qui peut apporter l’alternance et donc changer ou maintenir leur pénible condition de vie actuelle, c’est le CODE ÉLECTORAL. Malheureusement ce code inique et cynique est taillé sur mesure pour un seul homme et son parti, ce qui est INADMISSIBLE car nul ne peut être juge et parti dans une compétition électorale.

Quels sont les objectifs recherchés?

Le but recherché c’est de faire renaître l’espoir d’un saut vers la DEMOCRATIE, ce qui est aujourd’hui loin d’être le cas. Dans mon parti l’espoir s’appelle « opportunité des chances», il faut donner une chance à la Démocratie d’éclore au Cameroun. Les  articles 2,6,12,43,44,52_60_64,68,94,115…..etc méritent d’être balayés ou à tout le moins être toilettés de fond en comble. C’est un combat que mon parti mène depuis 1990 et que je prends personnellement à cœur.

Quelle est la stratégie que vous entendez mettre sur pied pour les atteindre?

Ma stratégie ne sera pas exposée au Public, j’en suis navré, ce qui compte c’est les résultats.

Pensez-vous que la rue soit le lieu appropriée pour mener un tel combat ? Les parlementaires SDF qui disposent d’un groupe à l’assemblée ne pouvaient-ils pas porter ce projet à l’hémicycle ?

Je pense qu’il faut définir la rue. La rue, c’est l’espace sacré du citoyen. Quand le peuple souverain, quand le peuple suprême a besoin de s’exprimer, c’est dans la rue qu’il le fait. Bien entendu, nos députés sont à l’assemblée pour légiférer, c’est-à-dire pour confectionner les lois, pour les amender, les discuter. Mais il se trouve que dans le contexte camerounais, la constitution de l’Assemblée nationale est une constitution  si j’ose le dire monocolore, c’est-à-dire que l’assemblée nationale au Cameroun est une assemblée obèse qui est faite d’une assemblée de députés acquis totalement à la cause du Gouvernement, le gouvernement a effectivement mis en place cette loi de 2012, à savoir ce code électoral inique et cynique et qui a également été rejeté par les partenaires du parti au pouvoir.

Le SDF a fait des propositions à l’assemblée nationale, c’est une bataille de mon parti depuis 27 ans. On a toujours fait des amendements sur cette loi électorale de 2012 qui ont toujours été rejetés. Les propositions de loi à l’assemblée ne passent jamais. Je réponds à ceux qui  l’ont oublié qu’à plusieurs reprises, le SDF a fait des amendements, des propositions de loi pas seulement sur la loi électorale mais sur d’autres lois également. Mais comme vous le savez bien, ce gouvernement n’entend faire passer que les projets de loi qui émanent essentiellement de monsieur Paul Biya. Je ne suis pas en porte à faux avec mon parti, je suis dans la ligne des thèses toujours défendues en matière électorale par mon parti, à savoir ce mauvais code électoral mais aussi la majorité à dix huit ans, sur le bulletin unique etc…

N’Avez-vous pas par hasard été inspiré par l’Opération « 11 millions d’inscrits sur les listes électorales » de Cabral Libii ?

L’opération que vous citez s’est peut-être inspirée de moi…à vous de vérifier. Je rappelle à ce  propos à tous mes compatriotes que j’ai mis en ligne un forum d’échanges sur whasapp’s intitulé « CODE ÉLECTORAL POUR TOUS » Toutes les contributions y sont attendues.

 

Le lien du groupe

https://chat.whatsapp.com/1eGIpW6XYmdKPz1ufkjkWN