Cameroun : interrogations autour de la mort d’un enseignant à Ngong

Il aurait été pris pour un voleur puis bastonné à mort. De leur côté, les autorités de la localité disent ne pas être au courant d’une telle affaire. Guitroun Beda Astyanas devait célébrer ses 34 ans le 01 er octobre prochain. Le sort en a décidé autrement. Il est mort dans des circonstances qui restent à éclairer.

D’après ses proches, l’enseignant d’éducation sportive au lycée de Mbé dans l’Adamaoua, passait ses vacances à Ngong (région du Nord), avec sa famille. Le jeudi 27 juillet, il aurait quitté la maison familiale vers 6h pour se rendre à Garoua, à une trentaine de minutes de Ngong, pour effectuer quelques emplettes, ayant perçu son salaire la veille. Il aurait emprunté un moto-taxi. Guitroun et le pilote de l’engin seraient tombés d’accord sur un montant de 1.500 francs CFA, représentant la course en aller-retour entre les deux villes. En cours de chemin, prétextant une panne, le moto-taximan se serait arrêté. Méfiant, parce que disposant d’une somme de 105.000 francs CFA sur lui, Guitroun, aurait entrepris de retirer la clé de la moto du contact, pour empêcher que ses présumés agresseurs s’enfuient après l’avoir dépouillé. Le moto-taximan aurait aussitôt hurlé au voleur. Les populations aurait accouru et auraient brutalisé le présumé voleur de moto. Par la suite, Guitroun aurait été conduit à la brigade de Ngong où le gendarme aurait relevé  qu’il ne détenait pas de pièce d’identité. Il n’est donc pas identifiable. Guitroun se serait défendu sans convaincre et aurait ensuite été placé en gardé à vue.

Le vendredi 28 juillet, Guitroun décède. Dès lors, le mystère plane sur les circonstances exactes dans lesquelles sa mort est survenue. Chimène, sœur aînée du défunt, est stupéfaite lorsqu’elle tombe sur le certificat de genre de mort de Guitroun. L’ élément le plus troublant, est que le certificat établit que son frère aurait été victime de « la vindicte populaire ». Contacté par Journal du Cameroun, le maire de Ngong a dit ne pas être au courant d’une telle affaire « Ce n’est pas une situation qui s’est produite à Ngong. J’ai appelé le commandant de brigade qui m’a certifié qu’un tel cas n’est pas survenu dans ma commune », a affirmé Hamadou Ahiwa. Le fait le plus constant est que Guitroun est mort. D’après Chimène, sa sœur, il a été enterré le mercredi 02 août 2017. L’enseignant d’éducation physique n’était pas marié, mais il a laissé deux orphelins.