Cameroun – Infrastructures routières: L’entreprise chinoise CHEC a déjà réalisé 60% du projet de l’autoroute Kribi-Lolabé

Le ministère des Travaux publics a annoncé que l’entreprise chinoise China Harbour engineering Company (CHEC) a déjà réalisé 60,2% du projet de l’autoroute Kribi-Lolabé (38 km) dans la région du Sud.

À pied d’œuvre sur le chantier durant le mois de juin 2017, CHEC a effectué le terrassement, l’installation de la chaussée, les travaux d’assainissement et de construction d’ouvrages d’art. Pour ce qui est des travaux préparatoires, rapporte Investir au Cameroun, on observe que ceux-ci sont exécutés à 94%.

À ce niveau, l’entreprise chinoise a réalisé des activités de débroussaillage, décapage et abattage des arbres sur l’emprise du projet. Seuls les tronçons situés après le pont de la Kienké entre le point kilométrique 35 et 38.5 ne sont pas couverts par ces travaux du fait des problèmes liés à la libération des emprises.

L’exécution financière du contrat Engineering Procurement Construction (EPC) qui permet de mettre en œuvre le projet est de 42%, équivalant à dix-huit décomptes émis par CHEC pour un montant total de 105,13 milliards de FCFA, en attente de payement.

L’exécution financière du contrat de l’assistant à la Maîtrise d’Ouvrage est de 20% équivalant au décompte d’avance de démarrage. Le coût de l’autoroute Kribi-Lolabé est évalué à 250 milliards de FCFA pour un cofinancement de 86% revenant à Exim Bank et 15% pour l’État du Cameroun.

Lancés en janvier 2015, pour une durée totale de 42 mois, dont six de préparation et 36 d’exécution, les travaux de la phase I du projet de construction du corridor de l’autoroute Lolabé-Kribi, une distance de 38,5 kilomètres, pourraient s’achever en mars 2019. Ce corridor, une autoroute moderne d’une double chaussée à trois voies de 33,75 mètres de large, compte au total six grands ponts et 10 dalots.

Deux échangeurs sont également prévus. Pour réaliser ces oeuvres, d’après les experts, la durée moyenne est estimée à 23 mois. Outre les intempéries qui constituent l’une des causes principales de la lenteur de ces travaux, les grèves et autres mouvements d’humeur des employés contribuent également à ralentir ces délais.