Cameroun – Infrastructure: Le ministre des Marchés Publics autorise la signature de marchés de gré à gré de 168 milliards de FCFA pour la construction de la route Ebolowa-Akom II-Kribi

Le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi devrait signer ces marchés avec l’entreprise italienne ICM-CMC Spa.

 

La réalisation de la route Ebolowa-Akom II-Kribi est une promesse faite par le président Paul Biya le 17 janvier 2011, à l’occasion du Comice agropastoral d’Ebolowa dans la région du Sud. Huit ans après cette annonce, le ministre des Marchés Publics, Ibrahim Talba Malla, a autorisé par écrit, son homologue des Travaux Publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, à passer depuis le 23 avril 2019 des marchés de gré à gré pour un montant d’environ 168 milliards FCFA.

«Ce montant est relatif à la construction de la route Ebolowa-Akom II-Kribi (179, 28 km avec des voies de contournements)», précise le quotidien Le Jour dans son édition du 2 septembre 2019.

«Comme suite à votre correspondance sus-référencée par laquelle vous sollicitez l’autorisation en vue de passer trois marchés, suivant la procédure de gré à gré, pour l’exécution des travaux reprise en marche avec le groupement ICM/CMC, d’un montant de 160 702 868 141 FCFA TTC, avec un BET [Bureau d’études techniques] pour la maîtrise d’œuvre y afférente, d’un montant de 6 milliards, et avec le Laboratoire National du Génie Civil pour le contrôle géotechnique desdits travaux, pour un montant de 2 milliards de FCFA TTC», écrit le ministre des Marchés Publics.

Le journal qui s’appuie sur des informations publiées sur le site Investir au Cameroun, ajoute qu’en additionnant toutes ces ressources, «cela fait un total de plus de 168 milliards de FCFA de marchés passés de gré à gré. Le MINTP est également invité à requérir l’avis de la commission centrale de contrôle des marchés des travaux routiers».

Ce projet routier devrait également avoir des travaux connexes: «réservation électrique à 2 voies, fourniture et pose de la fibre optique sur 179,28 km, construction d’une ligne électrique sur 30 km, mesures de protection environnementale et expropriation sur une bande de 30 mètres. Les partenaires financiers sont: Standard Chartered Bank et l’agence de crédit export britannique-Ukef», peut-on lire dans les colonnes du journal.