Cameroun – Grand prix Chantal Biya, ou le culte à une Première Dame

la 15ème édition du Grand Prix cycliste international Chantal Biya a connu son premier coup de pédale mercredi 14 octobre 2015. Au-delà de l’aspect sportif, la Première Dame du Cameroun, marraine de l’évènement est magnifiée à chaque fois que l’occasion le permet.

Voilà bientôt 15 années que se déroule la course cycliste baptisée Grand Prix Cycliste international Chantal Biya. Un évènement qui a, au fil des éditions, redorer l’image du Cameroun en ce qui concerne les sports dits mineurs en rapport au football, véritable religion dans le pays.

Au-delà de l’aspect sportif et touristique, le Grand prix cycliste Chantal Biya s’avère au fil des années être une tribune pour magnifier la marraine de la compétition, la première dame du Cameroun, Chantal Biya. Notamment lors des discours qui meublent les différentes cérémonies solennelles. Dans son édition en kiosque vendredi 16 octobre 2015, le quotidien Mutations ne manque pas de relever que lors de la cérémonie de lancement de la compétition mercredi à Douala «l’épouse du chef de l’Etat Paul Biya, pourtant absente, a éclipsé tous les cyclistes».

Ainsi, selon le journal, le ministre des Sports et de l’Education physique, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, le Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, Dr Fritz Ntone Ntone, ou même le président de la Fédération camerounaise de cyclisme, Honoré Yossi, n’avaient «d’yeux» que pour elle dans leurs interventions respectives.

Le patron de l’organe technique a dit sa gratitude à la première dame, tandis que le ministre des Sports et de l’Education physique a rappelé son engagement dans d’autres domaines : «Cette compétition sportive prestigieuse est une occasion idoine pour célébrer les actions d’une dame de cœur, d’une passionnée de l’humanitaire dont les initiatives sont retentissantes au-delà des frontières nationales. Au-delà du sport, ces actions sont visibles dans diverses structures mises en place à son initiative. Je citerais entre autres, la Fondation Chantal Biya, les Synergies africaines contre le Sida et les souffrances, le Cercle des amis du Cameroun, les écoles des champions, le Centre international de référence Chantal Biya», a martelé Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt.