Cameroun: Garga Haman Adji candidat à la présidentielle de 2018

Le président de l’Alliance pour démocratie et le développement (ADD) a donné une conférence de presse à ce sujet le 29 septembre 2016 à Yaoundé.

Garga Haman Adji, président de l’Alliance pour démocratie et le développement (ADD) et deuxième personnalité de l’opposition au regard de son score (3,2115%) au dernier scrutin présidentiel en 2011 a annoncé le 29 septembre à Yaoundé au cours d’une conférence de presse qu’il est candidat à la prochaine élection présidentielle prévue selon la loi en 2018. « Si je suis vivant, je suis candidat », a déclaré l’ex-ministre de la Fonction publique démissionnaire du gouvernement en 1992. Titillé sur son âge (72 ans), Garga Haman Adji a déclaré que cela n’est pas un handicap pour assumer la fonction de président de la République. « Ce n’est pas parce qu’on est jeune ou vieux qu’on peut bien assumer cette fonction. Mais c’est ce qu’il y a dans la tête », a-t-il argumenté. Questionné sur le fait qu’il soit critique vis-à-vis du régime de Paul Biya qu’il continue pourtant de servir

en étant membre nommé de la Commission nationale contre la corruption, le président de l’ADD a répondu qu’il combat le système de l’intérieur. « Ce n’est pas en se mettant en marge qu’on fera changer les choses », a-t-il souligné. Pour lui, le président Biya vu son âge avancé (85 ans en 2011) devrait logiquement quitter le pouvoir. Ce qui lui permettra alors d’accéder à la magistrature parce qu’il se considère comme deuxième force politique en lieu et place de Ni John Fru Ndi. Les sujets économiques ont aussi fait l’objet de la sortie médiatique de M. Garga. 237online.com Il a donné notamment son point de vue sur l’Accord de partenariat économique (APE) avec l’Union Européenne mis en vigueur au Cameroun depuis le 4 août dernier. Pour lui, le pays est rentré sous une forme de protectorat économique. Au sujet de l’emprunt obligataire de 150 milliards de FCFA lancé par le Cameroun le 27 septembre, le président de l’ADD croit savoir que le taux d’intérêt de « 5,5% » est une « truanderie ». Car, c’est le même taux déjà pratiqué par les banques commerciales. Enfin, parlant du récent emprunt (21 milliards de FCFA) que le pays a contracté auprès d’un partenaire espagnol pour aménager les abords du lac municipal, le patron de l’ADD a estimé que c’est un investissement presque inutile. « Je ne vois pas pourquoi on investirait tant d’argent juste pour les abords d’un lac municipal. On aurait pu construire un vrai hôtel avec cet argent », peste l’homme politique.