Cameroun: Franklin Mowha de nouveau victime d’une exaction à bamenda?

Madames, Monsieurs , Activistes  dans le monde. Défenseur des Droits Humains en ma qualité et président National de l’organisation  FFCI (Frontline  Fighters  for  Citizen’s  Interest), je me vois dans l’urgence de vous adresser  mes remerciements pour votre soutien infaillible suite à la succession d’arrestations et détentions dans les cellules et prisons du Cameroun.

  L’association dont je préside aux destinées est une organisation de défense des droits humains et des libertés qui a initié depuis dès sa création, un travail continu de dénonciation des abus de toutes sortes dont sont victimes le peuple Camerounais.   
  
Mais il s’avère dans notre pays que le travail effectué par FFCI dans la question des abus est considérée par les autorités politiques, administratives, judiciaires et autres comme un crime, pourtant effectué dans la légalité et le respect de la loi, dans un Etat de droit.

A Bamenda dans le Nord West, du 10 au 13 Septembre 2016, je suis arrêtée et enfermée à la Compagnie de gendarmerie de Bamenda sur haute instruction du Gouverneur et le Commandant de légion de gendarmerie du Nord West, pour avoir dénoncé un gendarme routier exerçant seul un contrôle de simple police sur la  route de Bambui par Bamenda. Voir la lettre au ministre d’Etat chargé de la défense :       
                                                                                  
MOWHA FRANKLIN
                        
Yaoundé le 14 Septembre 2016

Réf: 5492/FFCI/RVL/CMER/DU 14 Septembre 2016
 
A son Excellence Ministre d’Etat chargé de la Défense
 
Objet : Dénonciation d’une corruption à ciel ouvert à Bamenda
 
Suite à ses propres enquêtes inopinées,le FFCI a constaté qu’à Bamenda, de manière régulière, il y a un gendarme routier, à lui tout seul, immobilise une série de véhicules « bus,personnelle, clando de brousse et taxi de ville » au motif de procéder au contrôle, qui alors dure longtemps, et exaspère les passagers. Coutumier de cette pratique illicite, le Commandant de la Brigade Routier de Bamenda up station et ses éléments,ont pu être identifié par moi-même dans la semaine du 05 au 10 Septembre 2016, à Bambui, Babanki et plusieurs autres localités dans le Nord West.
Alerté, le commandant de brigade Routier de la place dit être mandaté par le Chef de l’Etat son Excellence PAUL BIYA.
D’ailleurs il faut noter qu’au bout d’une tournée nationale effectuée par le FFCI nous avons pu retenir 23 gendarmes routiers et 102 policiers impliqués dans des errements similaires, dont 06 routiers et 18 policiers à BAMENDA.
Aussi le FFCI a-t-il l’honneur de se retourner vers votre haute autorité à laquelle il s’en remet pour mettre fin à ces errements qui ne peuvent que ternir l’image de nos forces de maintien de l’ordre.
Haute considération.
Président National FFCI