Cameroun – Figures emblématiques du syndicalisme camerounais: Louis Sombès, le trublion

Ses inséparables binocles noirs de Play boy laissent penser qu’il les arborait par snobisme. Que non.

Ce look de gentleman dissimulait mal un borgne qui perdit l’œil gauche consécutivement à une rixe dans un débit de boisson. Ancien élève de l’école du parti unique, l’homme défrayait la chronique pour ses ruses renversantes aussi bien vis-à-vis de ses camarades que des autorités. Il est passé aux yeux des siens comme celui qui disait toujours ce qu’il ne pensait pas. Solo, ainsi que l’affublaient ses intimes, aimait bien la bonne chair et ne dédaignait point la gent féminine dont il fut l’un des plus fidèles admirateurs. Polygame et infidèle devant Dieu et devant les hommes, il trainait la funeste réputation de faire et défaire les alliances syndicales tissées au sein des nombreuses centrales qu’il a dirigées. En syndicaliste expérimenté, il n’affectionnait pas les seconds rôles. A son actif, la déclaration d’une grève générale illimitée en janvier 1994 suite à la baisse drastique des salaires de 70% à la

Fonction publique, conséquence d’une crise économique ayant débouché sur la dévaluation du Franc cfa. Il a dirigé tour à tour la Cstc et a créé la Csac en 2005 au sortir d’une énième bagarre à la Cstc et au crépuscule d’une vie syndicale tumultueuse mais ô combien riche qui s’achèvera par le retour sans gloire de Nairobi où il eut l’insigne honneur d’officier comme chargé de l’organisation à l’Oraf-Cisl.