Cameroun- Fer: Sundance Resources réaffirme sa volonté de poursuivre le projet de Mbalam

Le CEO de ce groupe australien, Giulio Casello, lors de son récent séjour au Cameroun, du 10 au 14 juin dernier, a annoncé la reprise active des activités dans ce projet.

Le projet d’exploitation du fer de Mbalam dans la région de l’Est ne sera donc pas abandonné, malgré la conjoncture internationale difficile du marché des commodités. 237online.com A titre de rappel le model financier du projet de fer de Mbalam a été réalisé avec une estimation du prix du fer au-delà là de 100 dollars la tonne. Au plus fort de la crise, le prix est descendu jusqu’à 39 dollars/tonne. Aujourd’hui, le prix s’est stabilisé au-delà de 50 dollars / tonne. Giulio Casello, le CEO du Groupe australien Sundance Resources et PCA de sa filiale camerounaise qui était au Cameroun, du 10 au 14 juin 2016, a même annoncé la reprise active des activités de ce projet. Durant son séjour au Cameroun, Giuloi Casello qui a eu des échanges avec le Premier ministre, Philemon Yang et le ministre des Mines, de l’industrie et du développement technologique, Ernest Gbwaboubou est

venu réaffirmer la volonté du groupe Australien de développer le projet de fer de Mbalam. Pour Casello qui revenait du Congo pour une mission similaire, « le projet de fer de Mbalam est le meilleur projet minier au monde à l’heure actuelle, du moins en ce qui concerne le fer et substance connexe. Il est hors de question d’envisager l’abandon d’un projet aussi important, surtout avec l’appui constant des plus hautes autorités du Cameroun et du Congo en cette période difficile. Personne n’est épargnée par la crise actuelle, mais avec l’appui des pouvoirs publics, nous sommes certain de surmonter cette épreuve». Alors que plusieurs autres promoteurs de projet miniers dans le monde sont entrain de déposer le bilan du fait de la conjoncture internationale du marché des commodités, le groupe Sundance Resources, indique-t-on, a entrepris une audacieuse stratégie de réduction des coûts afin de maintenir ses filiales camerounaise et congolaise encore viables. 237online.com Il s’agit notamment l’arrêt des contrats de plusieurs employés, des équipements déjà amortis qui ont été cédés en priorité aux anciens salariés de l’entreprise, Camiron qui était auparavant installé dans deux bâtiments dans la ville de Yaoundé, a pris ses quartiers désormais dans un seul immeuble situé à l’avenue Rosa Parks à Bastos, le top management, tant au siège du Groupe que dans les filiales a accepté des réductions de salaires, afin de participer à cet effort salutaire qui permet aujourd’hui au projet Mbalam de se préparer à une reprise active de ses activités, précise-t-on. En rappel, malgré la conjoncture difficile, Camiron, indique-t-on, a tenu à achever son programme de forage et d’exploration, tout comme le processus de démarcation du corridor du chemin de fer Mbalam-Lolabe (Kribi), bouclé en novembre 2015. A ce jour, les réserves de minerai de fer produites sont suffisantes pour permettre le développement de ce projet. Également, les travaux de démarcation du corridor du chemin de fer ont été achevés avec succès et la liasse de document transmis aux administrations compétentes pour la préparation des décrets d’indemnisation, rappelle-t-on. 237online.com Grâce à ces réajustements Camiron, précise-t-on, est entrain de traverser avec succès cette grande période de turbulence qui n’a épargné aucun acteur du secteur minier depuis bientôt deux ans. Aujourd’hui, les experts du secteur s’accordent pour dire que le pire est derrière, l’industrie du minerai de fer est stabilisée. Cependant, il faudra patienter encore un peu avant que les prix ne retrouvent une amélioration considérable.