Cameroun : Femme handicapée , des discriminations à combattre

Cette couche vulnérable compte bien faire entendre sa voix à travers un concours de beauté.

«Miss Handicapée Cameroun » 2017. C’est en décembre prochain à Douala. Et déjà, le comité d’organisation du concours de beauté s’active sur le terrain pour attirer les projecteurs sur la deuxième édition de l’événement. Occasion pour Vanessa Bedine, promotrice de « Miss Handicapée Cameroun », de rappeler ce qu’est le concept : « C’est pour mettre en valeur la femme handicapée. Nous avons constaté qu’elle a honte d’elle-même. Elle ne sort pas, ne travaille pas. Pour la plupart, les femmes handicapées pratiquent la couture ou la coiffure. C’est un peu dégradant que ce ne soit qu’à ça qu’elles soient cantonnées. On peut faire mieux. Ce concours, c’est aussi un moyen de permettre à la femme handicapée de s’exprimer».

En effet, Vanessa Bedine dresse le bilan de la première édition avec un sourire aux lèvres. Et évoque celles qui ont pu avoir de la visibilité, raconter leur quo tidien difficile, et qui ont même trouvé l’amour grâce aux appels aux votes sur Facebook avec les photos des candidates, etc. Et pour que l’événement de cette année se tienne dans de bonnes conditions, l’Association des Handicapés pour la Solidarité et le Développement (AHASDE), porteuse du projet, a bien entendu besoin des mains tendues. Mais attention, Dame Bedine insiste : « On n’a pas besoin de pitié. On a besoin que les gens prennent conscience de notre importance et qu’on tienne compte de nos compétences. Qu’on soit reconnues sur la base du mérite ». A côté de « Miss Handicapée Ca meroun », l’AHASDE œuvre aussi dans l’assistance, le soutien moral aux personnes défavorisées : des militaires devenus impotents dans la lutte contre Boko Haram, une femme handicapée dont l’enfant souffrait d’une tumeur au cerveau et d’autres malades. Le soutien moral. Pour Vanessa Bedine, c’est un point crucial dans l’acceptation de la personne handicapée. Elle qui a perdu ses jambes il y a 21 ans en jouant sur la voie ferrée, a pu compter sur l’amour et l’attention de sa famille pour faire le plein de confiance en elle-même et faire fi des discriminations et autres stigmatisations.