Cameroun : Evitement du chaos politique , dynamique citoyenne (dc) propose une transition démocratique de deux ans

Ce Réseau du suivi indépendant des politiques publiques et des stratégies de coopération, l’a fait savoir  hier  09 juillet  2016 au cours d’une conférence de presse tenue à Yaoundé.
 
Pour la clôture des travaux de la Coordination nationale ordinaire et du Conseil national extraordinaire de DC qui ont siégé pendant trois jours, Jean-Marc Bikoko, point focal national de la plateforme, a cru bon de donner la position  des leurs sur les sujets brûlants qui meublent l’actualité nationale depuis six mois.

 « La question que les membres du Réseau tiennent simplement à poser est de savoir à quel moment la candidature du chef de l’Etat est devenue une priorité », s’exclame Jean-Marc Bikoko. Et de renchérir qu’ « étant donné que dans son discours de fin d’année à la nation le 31 décembre 2015, le président de la République a clairement déclaré que la priorité de l’heure était la lutte contre Boko Haram ».

Sur les Accords de partenariat économiques (Ape) qui entrent en vigueur dès le 04 aout prochain, Dc, est allé dans le sens du ministre de l’Economie et de la Planification Louis Paul Motazé, qui a déclaré que le Cameroun serait le seul pays de la sous-région à en bénéficier, à cause de la diversité de son économie. Les autres pays  dit-on, n’ayant que du pétrole. Toutefois, Dc pense que  la date sus-évoquée, est « prématurée ». « Avec la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne, il faut revoir les Ape. Bien plus, nos industries n’ont pas encore de force face à l’Europe, un marché rigoureusement normé », a prévenu Jean-Marc Bikoko ».

Du code pénal en révision, Dc pense que le chef de l’Etat, en ne s’attardant que sur l’immunité des membres du gouvernement, a prouvé qu’ « il n’est pas à l’écoute du peuple ». Aussi la Plateforme invite-t-elle Paul Biya à consacrer le principe de la gouvernance inclusive et d’institutionnaliser le dialogue social. « Car l’impression générale qui se dégage de la manière dont le Cameroun est gouverné mène à la conclusion selon laquelle le système qui gouverne… est une douce dictature avec pour principe les  chiens aboient, la caravane passe », dira le point focal national de Dc dont le domicile incendié il y a plus d’une semaine, à l’en croire, relève d’une main criminelle de l’Etat.A propos de la transition démocratique de deux ans, DC demande au chef de l’Etat,  par le biais d’un gouvernement de technocrates, de conduire le pays à un processus électoral transparent et crédible afin d’éviter le chaos au Cameroun. Toute chose aux dire des uns, fera  que les gouvernants tirent leur légitimité du peuple.

Avec son slogan « Tournons la page » dont elle souhaite tous les Camerounais s’approprier, Dc suggère la majorité électorale à 18 ans, un bulletin de vote unique, un découpage électoral équitable, des candidatures indépendantes, une occupation égale des médias publics par tous les candidats, une Commission électorale nationale consensuelle, représentative et indépendante.