Cameroun: Entrepreneuriat, une porte vers la réussite

La fonction publique longtemps vue comme un moyen de stabilité financière dans le monde professionnel est de moins en moins appréciée par la nouvelle génération.

Pour cette génération, l’accès aux fonctions administratives étatiques est souvent assez complexe et implique beaucoup de « relationnel », chose que tout le monde n’a pas forcément. La nouvelle génération, plus ouverte sur le monde se veut plus libre, plus créatrice, et plus innovante, loin des contraintes et des pressions administratives.  Pour cette génération, l’entrepreneuriat se révèle être le moyen idéal pour avoir accès à ce type d’indépendance. Développé en 1950 par l’économiste Joseph Schumpter, le concept de l’entrepreneuriat souffle sur le continent africain comme un vent nouveau. Au Cameroun, la jeunesse particulièrement exposée aux problèmes de chômage est constamment à la recherche d’alternatives. Pour ces derniers, se tourner vers le leadership entrepreneurial est une technique qui de plus en plus porte ses fruits. Que ce soit dans les métiers de l’informel ou encore dans le formel. De nombreuses personnes optent pour l’ouverture de leur propre commerce, aussi

petit qu’il soit. D’autres n’hésitent pas à innover en mettant sur pied des start-ups programmées pour apporter des solutions ponctuelles à un problème donné. L’application de ce concept dans notre économie peut jouer un rôle très important dans la croissance et le développement du Cameroun. Des structures d’accompagnement étant déjà prêtes à aider les jeunes voulant se lancer dans l’entrepreneuriat. Le Cameroun est un pays plein de potentiels. Que ce soient les matières premières, les ressources humaines ou la ressource intellectuelle, le pays regorge des Hommes capables de conduire des projets dans tous les domaines. Cependant, ce génie inventif bien que reconnu de tous est très peu valorisé. Pourtant, devenir entrepreneur implique de nombreuses choses, et nécessite le respect de trois points essentiels qui sont : l’idée, l’organisation et la persévérance. Des idées, la jeunesse camerounaise en a à profusion. Un tour dans les Universités, les grandes écoles et les grands secteurs commerciaux vous permettra de découvrir son génie créateur. Un génie qui se retrouve dans tous les domaines de la vie de la nation. Des technologies au commerce, passant par la culture et l’agriculture, les idées innovantes sont partout. L’organisation étant un gage de précision et de rentabilité, les jeunes doivent apprendre à s’organiser. Que ce soit de façon personnelle ou collective, l’innovateur qui ambitionne d’être un entrepreneur doit savoir poser ces repères. Savoir s’entourer des personnes qui partagent ses aspirations est un élément important. Certaines innovations sont nées de cette manière de faire. C’est le cas des comptes Snapchat, Mboa 237 crée par Harold Joakim Fossouo, Cuisine_Kmer 237, Camer Life qui réunit des jeunes camerounais des quatre coins du monde en communauté dans le but d’échanger sur des idées nouvelles fortement valorisables. « Pour atteindre ces objectifs, il faut savoir être persévérant. » Cette maxime connue de tous est en fait un élément clé de la réussite entrepreneuriale. La réussite ne vient pas d’un coup, elle nécessite du travail, de la patience et de l’expérience. Certaines entreprises jeunes actuellement en vue au Cameroun ont réussi avec brio à braver ces trois étapes. Dans cette édition de votre journal, nous vous proposons de marquer un temps d’arrêt sur les startups camerounaises qui vont le buzz. Les projecteurs orientés vers ces structures témoignent à suffisance l’intérêt que les jeunes portent aux valeurs de l’entrepreneuriat, notamment à l’entrepreneuriat numérique.

Dona Biyong