Cameroun – Education : Les premiers bénéficiaires de la Carte de presse bientôt connus

Les listes seront rendues publiques au terme des délibérations entamées hier à Yaoundé, par les membres de la Commission Séverin Tchounkeu.
Bientôt la fin du suspense pour les professionnels des médias. Les journalistes, photographes, cameramen et autres ont déposé leurs dossiers pour l’obtention de la carte de presse et dans quelques jours, les noms des premiers bénéficiaires seront connus. L’information émane de Sévérin Tchounkeu, président de la Commission de délivrance dudit document. Hier, à mi-parcours de leurs assises y relatives à Yaoundé, il a indiqué qu’à la fin de la journée, ils auraient la liste de ceux qui remplissent les conditions requises pour avoir une carte de presse. Le moment venu, ces listes seront rendues publiques dans les organes de presse. Par la suite, la Commission mettra en place un site Internet dans lequel, ceux qui veulent savoir qui est journaliste et qui ne l’est pas, pourront consulter.

Pour ce qui est des premières cartes de presse, le président de la Commission affirme qu’elles seront remises avant la fin de ce mois de juin, au cours d’une cérémonie solennelle. Pour l’heure, les membres et lui-même examinent les plus de 700 dossiers déposés par les professionnels des médias. « Nous poursuivons le travail entamé le 16 mai dernier. C’est au terme des délibérations que nous dirons quels sont les dossiers qui ont été validés et quels sont ceux qui ont été rejetés », explique Sévérin Tchounkeu. Ces délibérations étaient sensées s’achever hier, sauf dernier changement.

On se rappelle que c’est depuis novembre 2015 que la Commission de délivrance de la carte de presse invite les professionnels du secteur, à déposer chacun un dossier constituer d’une demande manuscrite, une copie conforme des diplômes et titres professionnels requis, un contrat de travail, une attestation d’ancienneté délivrée par l’employeur, une attestation d’immatriculation à la CNPS et un bulletin du casier judiciaire. Si certains ont pris l’affaire au sérieux, d’autres n’ont fait qu’à leur tête. Les délais ont été prorogés à plusieurs reprises mais d’aucuns ne sont toujours pas en règle. Hier encore, des journalistes débarquaient au ministère de la Communication, avec un extrait de casier judiciaire ou un contrat de travail, affirmant avoir été appelé par la Commission pour cela. La carte de presse, explique-t-on à la Commission de délivrance, vise à assainir sans complaisance et sans faiblesse le secteur