Cameroun – Eau potable: Où en est le projet d’adduction de la ville de Yaoundé à partir du fleuve Sanaga ?

Le vaste projet de 36 mois, entamé depuis janvier 2017, suit son cours du côté de Nachtigal vers Batchenga.

Dans un reportage de la CRTV télé diffusé ce mercredi, l’on apprend que sur le site de l’ouvrage, environ 1000 m² de parcelle est déjà couverte de béton. La station de captage et de pompage d’eau brute sera construite sur cette surface, avec une capacité de 315 m3/jour.

Le ministre de l’Eau et de l’Énergie, Basile Atangana Kouna et sa suite sont allés apprécier l’état d’avancement de la station de traitement d’eau en chantier récemment à quelques kilomètres du bord de fleuve. Les travaux de déblai sont achevés, ainsi que l’ouverture de la voie de desserte. Mais il y encore beaucoup à faire.

Et, compte tenu de l’urgence, de l’eau potable pour tous dans la ville et ses environs, le ministre appelle l’entreprise chinoise en charge des travaux à plus de célérité. Car, a rappelé la télévision nationale, le 1er janvier 2020,  les habitants de la capitale et les localités riveraines devraient recevoir de la Sanaga, un supplément de 300 000 m3 d’eau par jour, extensible à 400 000 m3/j. Outre les productions d’Akomnyada sur le Nyong et de Nkolbisson sur le Mefou, l’offre en eau devra alors être supérieure.

S’il faut y ajouter des usines de captage et de traitement, deux stations de reprise d’eau traitée, une première à Nkometou III, d’une capacité de refoulement de 285 000 m3/j et la seconde à Nyom II à l’entrée de Yaoundé, d’une capacité de refoulement de 275 000 m3/j, ce sera le comble pour les populations.

Pour l’heure, seuls  indicateurs, certains équipements sont déjà installés sur ces sites, apprend-on. Reste à indemniser les riverains afin qu’ils puissent libérer les emprises des travaux. Le coût des travaux est estimé à  400 milliards de FCFA, financé par Eximbank de Chine à 85% et l’État du Cameroun à hauteur de 15% de l’enveloppe globale.