Cameroun – Droits d’auteur: L’artiste Ottou Marcellin approuve la mise à l’écart des binationaux

Le célèbre chanteur à textes leur demande d’aller «discuter les places de président du conseil d’administration dans les sociétés de droits d’auteur des pays dont ils ont pris la nationalité».

L’artiste Ottou Marcellin applaudit le dernier acte en rapport avec la gestion du droit d’auteur pris par le Premier Ministre, Philemon Yang. Il approuve le décret du 22 septembre 2016 qui dans un de ses articles stipule que seuls peuvent prétendre aux fonctions de directeur général et de président du conseil d’administration d’une société de gestion collective des citoyens camerounais.

«Je dis que c’est un acte de souveraineté. Le Premier Ministre est dans son rôle. Il faut protéger la République», a-t- il réagit sur les antennes de Radio Équinoxe le matin du 3 octobre 2016. Il rend coupables ces Camerounais d’origine détenteur d’une autre nationalité. Il aurait aimé qu’ils fassent comme lui qui a passé plusieurs années en Europe sans avoir «eu envie» de prendre par exemple la nationalité française. Le lauréat du Prix Découvertes Rfi 1982 en conclut que «ceux qui prennent d’autres nationalités savent pourquoi ils le font».

Il leur demande d’aller plutôt briguer les postes dans leurs nouveaux pays. «Pourquoi ils ne vont pas discuter les places de président du conseil d’administration dans les sociétés de droits d’auteur des pays dont ils ont pris la nationalité ?», déclare-t-il en indiquant cependant que «personne n’a tourné le dos aux binationaux». Il affirme qu’ils sont «libres de venir dans ce pays qui est le leur».

Évoquant les problèmes du droit d’auteur au Cameroun, Ottou Marcellin dénonce des malversations et appelle sur leurs auteurs les foudres de la justice. «Nous attendons un autre acte de souveraineté au niveau de la justice où les gens ont volé l’argent des droits d’auteur depuis des années. Parmi lesquels quelques fonctionnaires véreux, quelques artistes voyous et quelques journalistes malhonnêtes». Pour avoir été entendu au tribunal criminel spécial, il croit savoir que la plupart de ceux qui ont «volé» l’argent des sociétés des droits d’auteur font l’objet de poursuites judiciaires.

Ottou Marcellin refuse de communiquer les noms de ces personnes à l’antenne. Sur le bilan qu’il fait de la première année de l’actuel ministre des Arts et de la Culture, il répond que Narcisse Mouelle Kombi «mène les choses dans la bonne direction». Il se dit en gros globalement satisfait par un certain nombre de choses qu’il fait.