Cameroun – Droits d’auteur: Après le décret du Premier Ministre, le Ministre des Arts et de la Culture précise

Narcisse Mouellé Kombi explique qu’il «ne s’agit pas de frapper d’exclusion ou d’ostracisme les artistes étrangers vivant au Cameroun»

Faisant suite au décret pris le 22 septembre 2016 par le Premier Ministre Philemon Yang, lequel interdit aux non-camerounais de diriger les sociétés de droits d’auteur, le Ministre des arts et de la culture Narcisse Mouelle Kombi a tenu à apporter des précisions. Il a ainsi pris la parole samedi sur la télévision publique, expliquant par exemple que les étrangers vivant au Cameroun ne doivent pas se sentir ostracisés.

«Pour être PCA ou DG d’une société de droits d’auteurs il faut être de nationalité camerounaise. Je signale que la perte de la nationalité camerounaise en cours de mandat entraîne dans le fait et par le droit la disqualification pour les fonctions que l’on occupe. Je précise par ailleurs qu’il ne s’agit pas de frapper d’exclusion ou d’ostracisme les artistes étrangers vivant au Cameroun», a-t-il précisé.

 La décision de Philemon Yang modifie le décret de 2015 sur la gestion des sociétés des droits d’auteurs. Elle disqualifie d’ores et déjà l’artiste Ndedi Eyango qui s’accrochait à la présidence du Conseil d’administration en dépit de sa nationalité américaine avérée et l’annulation de son élection pour ce motif. Dans les milieux artistiques au Cameroun, d’aucuns saluent ce décret présenté comme «un acte de souveraineté».